Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Manor / Thomas Cook : c’est presque fini

  Le réseau Manor, qui tenait son congrès ce week-end à Rome, a annoncé hier lors d’une conférence de presse que l’accord-cadre signé il y a trois ans avec Thomas Cook ne serait pas renouvelé dans son ensemble.

L’aventure entre Manor et Thomas Cook est sur le point de prendre fin. Trois ans après la signature d’un contrat-cadre commun, les deux partenaires prennent leur distance. Jean Korcia, président de Manor, a en effet annoncé hier que "le réseau n’avait pas renouvelé l’accord-cadre qui était arrivé à échéance le 31 octobre. Les adhérents ont désormais le choix de s’engager avec Thomas Cook individuellement pour une période qui ne devrait pas dépasser deux à trois mois".

Ce contrat-cadre adopté à l’époque par une cinquantaine de points de vente Manor n’a donc pas convaincu. "Nous pensions que l’arrivée de Thomas Cook allait booster nos ventes tourisme. Or, aujourd’hui, les résultats ne sont pas au rendez-vous et nous le regrettons", explique Jean Korcia. La répartition des ventes du réseau Manor n’a en effet pas évolué. Le business travel pèse toujours 70% du volume d’affaires contre 30% pour le tourisme.

Recentrage sur le voyage d'affaires

On sait déjà que Sembat Voyages, que dirige Francis Gallo, le numéro deux du réseau, a résilié son contrat. "Nous ne voulions pas nous réengager pour une période de trois ans. Plus globalement, nous ne voulons plus d’enseigne de producteur dans nos agences car le multicanal ne fait finalement que renforcer les ventes directes des producteurs", indique le vice-président de Manor. Voyages Paris Normandie semble, lui aussi, décidé à ne pas renouveler l’expérience.

Fort de cette décision, Manor revoit donc sa copie pour les prochaines années. Le réseau a décidé de se concentrer sur son métier d’origine : le voyage d’affaires. "Ce segment de marché continue à progresser quand le tourisme s’effondre", justifie Jean Korcia.

En 2012, le réseau devrait enregistrer un volume d’affaires de1,34 milliard d’euros, en progression de 4%. Pour 2013, il vise un volume d’affaires de 1,5 milliard d’euros grâce à l’arrivée de quatre nouveaux adhérents.

Laisser un commentaire

Dans la même rubrique