Advertisement
Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Mal en point, Air Transat a (urgemment) besoin du rachat d’Air Canada

Air Transat aura besoin d’environ un demi-milliard de dollars canadiens afin de survivre si la transaction de rachat par Air Canada avorte.

Le 27 juin 2019, Air Canada annonçait que le groupe Transat avait accepté son offre d’achat pour 720 millions de dollars canadiens, soit 346 millions d’euros, et ce, malgré la surenchère d’un groupe canadien (Mach). Les gouvernements du Canada et de l’Union européenne n’ont toujours pas donné leur bénédiction à la transaction, désormais réévaluée à environ 190 millions de dollars canadiens. Celle de l’Europe est attendue pour le 9 février. Il n’y a pas d’échéancier au Canada. Mais une chose est sûr le temps presse. Sans ce rachat, Air Transat pourrait disparaitre.

Selon je journal La Presse, ses revenus ont chuté de 96% par rapport à la même période l’année précédente. Sur l’ensemble de l’exercice terminé le 31 octobre dernier, la perte nette de Transat s’élève à près d’un demi-milliard de dollars 496,8 millions. C’est beaucoup plus que les prévisions des analystes financiers.

Air Transat nécessite des liquidités

Au point que sa survie semble menacée. « Au 31 octobre 2020, il existe une incertitude significative susceptible de jeter un doute important sur la capacité de la société à poursuivre son exploitation, écrit l’entreprise dans un communiqué. Si la transaction avec Air Canada n’est pas conclue, la société devra mettre en place un financement global totalisant environ 500 millions en 2021 afin d’assurer la poursuite de son exploitation. »

Si la transaction ne devait pas aller à son terme, la capacité d’Air Transat à poursuivre son exploitation durant les 12 prochains mois dépendra de son aptitude à obtenir du financement additionnel avant le 31 mars 2021. L’entreprise avait annoncé il y a quelques semaines l’obtention d’un prêt de 250 millions provenant de la Banque Nationale et garanti. Mais si l’opération avec Air Canada échoue, ce prêt prend fin le 31 mars.

A lire aussi : Air Canada rachète Transat

 

Laisser un commentaire

Dans la même rubrique