Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Lufthansa prévoit une hausse de son bénéfice opérationnel en 2013

Le groupe allemand a lancé un plan de restructuration qui doit lui permettre de dégager un bénéfice opérationnel de 2,3 milliards à l'horizon 2015.

Lufthansa a annoncé ce 14 mars, qu’il allait publier une hausse de son bénéfice opérationnel et de son chiffre d'affaires en 2013 sans en préciser plus. En 2012, le groupe a dégagé un bénéfice opérationnel de 524 millions d'euros, en baisse de 36% par rapport à 2011, pour un chiffre d’affaires de 30,1 milliard d’euros.

En 2012, le groupe allemand avait également dégagé un bénéfice net de 990 millions d'euros contre une perte de 13 millions d'euros un an plus tôt grâce à la vente de sa filiale britannique BMI et de ses parts dans Amadeus.

"2013 et 2014 seront des années dures et difficiles"

"2013 et 2014 seront des années dures et difficiles" et seront marquées par "l'application et la poursuite de notre restructuration", dont les effets positifs attendus sur les résultats devraient devenir plus visibles à partir de 2014, a déclaré Christoph Franz, le patron de Lufthansa, cité dans un communiqué.

"Score", a permis de réaliser 618 millions d'euros d'économies

Le groupe a lancé l'an dernier un plan de restructuration qui doit lui permettre de dégager un bénéfice opérationnel de 2,3 milliards à l'horizon 2015. L'an dernier, ce programme de restructuration appelé "Score", a permis de réaliser 618 millions d'euros d'économies brutes (hors coûts de restructuration de 160 millions), soit deux fois plus que prévu.

Environ 740 millions d'euros d'économies brutes sont prévues pour cette année. Le plan "Score" prévoit notamment la suppression de 3.500 postes dans les services administratifs de Lufthansa et le développement de l’activité low cost avec sa filiale Germanwings.

Par ailleurs, le groupe a décidé de ne pas verser de dividendes à ses actionnaires au titre de 2012, préférant garder ses bénéfices pour financer ses investissements sans faire exploser son endettement.
 

Laisser un commentaire

Dans la même rubrique