Advertisement
Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Lufthansa : les bonus de la direction ne passent pas en Allemagne

Le porte-parole du gouvernement allemand a parlé mercredi d’une violation des accords qui ont permis le sauvetage du groupe Lufthansa.

Le gouvernement allemand a manifesté mercredi son opposition à l’octroi de primes rétroactives pour les six membres du directoire du groupe aérien Lufthansa, qui a bénéficié d’une aide massive de l’Etat en raison du Covid-19.

Estimant que le versement de primes serait une « violation de l’accord » passé alors entre Berlin et le transporteur aérien, le porte-parole du gouvernement, Steffen Hebestreit, a indiqué qu’il fallait « discuter avec Lufthansa de ces appréciations juridiques différentes ». « Et ensuite nous verrons ce qu’il en sort », a-t-il ajouté, lors d’un point presse régulier où il a été interrogé sur le sujet.

Le quotidien allemand Handelsblatt avait rapporté mardi que les six membres du directoire de Lufthansa pouvaient prétendre à des millions d’euros de primes pour 2021 et 2022, années où le groupe a bénéficié d’une aide massive de l’Etat en raison du Covid-19. Un porte-parole du transporteur aérien avait indiqué à l’AFP, sans plus de précisions, que la « rémunération du directoire (…) ne sera versée qu’en 2025 au plus tôt, en fonction de divers facteurs ».

Les salariés de Lufthansa pas d’accord

Selon le Handelsblatt, certains représentants des salariés au conseil de surveillance (qui contrôle la direction de Lufthansa) ont toutefois voté contre cette décision, y voyant une violation des conditions du plan de sauvetage dont le groupe a bénéficié en 2020.

La pandémie de Covid-19 a causé une crise sans précédent pour l’aviation et Lufthansa n’a dû sa survie qu’à un plan de 9 milliards d’euros d’aide publique et de crédits garantis, moyennant une entrée au capital de l’Etat devenu en 2020 son premier actionnaire.

Ce plan stipulait que les membres de la direction du groupe ne pourraient recevoir de primes pendant la période d’usage des aides publiques. L’Etat allemand a vendu toutes ses parts dans la compagnie aérienne en septembre dernier et Lufthansa a pu rembourser l’ensemble des aides publiques fin 2021.

30 000 postes sabrés

En 2021, le PDG du groupe Carsten Spohr a reçu un salaire fixe de 1,63 million d’euros et aucune prime, contre un total de 4,97 millions d’euros en 2019 (dont 3,3 millions de primes), l’année ayant précédé le Covid-19, soit une baisse de deux-tiers de sa rémunération.

Après 30 000 postes sabrés entre 2020 et 2021 en raison de la crise sanitaire, Lufthansa a lancé en novembre une campagne pour recruter 20 000 salariés en Europe, sur fond de forte reprise du trafic aérien et de pénuries de main d’œuvre dans le secteur.

A lire aussi :

Laisser votre commentaire (qui sera publié après moderation)

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Dans la même rubrique