Advertisement
Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Lounge « agences », test PCR ou vaccin, fast track, hybridation… : ce qu’il faut savoir sur l’IFTM 2021

Toujours très ambitieux, le grand salon B2B du voyage innove et s’adapte au contexte sanitaire. Les précisions de son directeur Frédéric Lorin.

L’Echo touristique : L’IFTM Top Resa se déroule du 5 au 8 octobre 2021, après une année 2020 sans salon en présentiel à cause de la pandémie. Vous étiez dans le Hall 1 en 2019. Et cette année ?

Frédéric Lorin : Nous restons dans le Hall 1, plus agréable et plus clair que le Hall 7. C‘est une bonne nouvelle pour les exposants et les visiteurs. En outre, je devrais pérenniser le maintien de l’IFTM dans le Hall 1, qui était jusqu’alors occupé une année sur deux par le salon de l’automobile. Pour l’instant, c’est garanti sur 2022.

Non, le salon ne devient pas du tout 100% virtuel.  

Le salon devient hybride. Toutes les conférences seront-elles en streaming et Replay ? Pourra-t-on prendre des rendez-vous online ?

Frédéric Lorin : D’abord, sur la philosophie de cette hybridation, je voudrais dire que cette crise a eu quelques bons côtés. La pandémie nous a tous forcés – opérateurs de voyage, organisateurs de salon, groupes de presse… – à nous remettre en question, à accélérer des mutations en germe. L’hybridation d’un salon en fait partie. Quel que soit le secteur, des personnes peuvent être empêchées de venir sur place, même hors période Covid. Cela peut être pour des raisons professionnelles, sanitaires… Dans ce cas-là, une plateforme digitale a la vertu de rendre de grands services. C’est un bon complément, développé à partir de la technologie d’ExpoPlatform. Ce qu’il est important de comprendre c’est que, non, le salon ne devient pas du tout 100% virtuel. Pas du tout.

C’est un risque, vous redoutez que les professionnels s’engouffrent dans le digital ?

Frédéric Lorin : Non, ce n’est pas un risque. Simplement, je ne remets pas du tout en question l’ADN profond du salon, qui est la rencontre humaine. Nous avons mené plusieurs enquêtes pendant la crise, dans le groupe, tous secteurs et salons confondus. Plus de 80% des personnes interrogées disent qu’ils ont hâte de se revoir.

Comment fonctionnera votre plateforme digitale ?

Frédéric Lorin : Nous voulons qu’elle soit simple et efficace. Nous avons prévu quatre modules : une brique de contenus avec toutes les conférences en captation vidéo, en streaming et en Replay ; un showroom pour chaque exposant avec ses brochures, ses photos, ses promotions ; un module pour organiser des rendez-vous, sur place ou à distance ; et un moteur de recherche. Plusieurs exposants physiques ont déjà pris l’option digitale, pour avoir le meilleur des deux mondes, physique et virtuel. Cette option démarre à partir de 1300 euros, soit l’épaisseur du trait.

La superficie de l’IFTM est-elle réduite par rapport à 2019 ? 

Frédéric Lorin : Le salon est le miroir de ce qui se passe sur le marché mondial du tourisme. La partie destination France fonctionne bien, et même mieux que les années passées. Les zones des pays européens et méditerranéens marchent bien, celle des Caraïbes aussi. Le voyage d’affaires également. Sur l’Asie et l’Amérique du sud et centrale, c’est pour l’instant plus compliqué. Nous observons un assouplissement en Amérique du nord, du fait de l’accord bilatéral en négociation entre l’administration Biden et l’Europe en vue du rétablissement des flux des voyageurs pendant l’été. Le salon sera bien représentatif de cette dynamique de marché. Nous anticipons les deux-tiers de surface d’expositions, par rapport à 2019. Dans tous les secteurs, les grands salons organisés au cours des derniers mois dans le monde ont tous fait en moyenne un bon 50% de 2019.

Nous travaillons sur la possibilité de proposer la réalisation d’un test antigénique à l’entrée du salon.

Quelles seront les conditions d’entrée, le recours au pass sanitaire ?

Frédéric Lorin : Sauf contrordre, nous n’aurons plus la jauge de 5000 personnes à partir du 30 juin 2021, mais toujours le pass sanitaire.

Donc, test PCR ou vaccination complète…

Frédéric Lorin :  Oui. Nous demanderons un test PCR ou une vaccination complète. Nous demanderons à tous nos visiteurs et nos exposants de présenter un pass sanitaire. Ce protocole est soumis à évolution puisque nous ne sommes pas maîtres de cette règle, édictée par le gouvernement. Nous travaillons sur la possibilité de proposer la réalisation d’un test antigénique à l’entrée, pour les personnes dépourvues de pass sanitaire. Certains salons le font. L’option que nous retiendrons au final est celle qui garantira à tous la sécurité maximale de leur participation. C’est un sujet crucial pour le groupe Reed Expositions. Et c’est très rassurant pour tout le monde.

      => A lire : L’IFTM et Eventiz Media Group coproduisent la journée Envies de France

Que prévoyez-vous comme nouveautés pour les agences de voyages en 2021 ?

Frédéric Lorin : Nous avons remis les agents de voyages, qui sont au coeur de notre visitorat, à l’honneur du salon. Nous créons pour eux un lounge qui leur est entièrement dédié. Ce sera l’équivalent du lounge VIP, sur environ 100m2. Dans cet espace, les agents de voyages pourront se poser entre deux rendez-vous, prendre un soft au bar, lire leur mails, ou rencontrer quelqu’un. C’est leur lounge. C’était une demande des distributeurs. A l’accueil, nous allons aussi mettre un « fast track » dédié agents de voyages à l’entrée. Un peu comme à l’aéroport, pour fluidifier les arrivées et valoriser la profession.

Le salon anticipe environ deux tiers de la surface d’exposition habituelle. Quid du visitorat ?

Frédéric Lorin : Nous faisons tout pour le visitorat. Nous sommes très présents auprès des agences, via des partenaires comme les Entreprises du Voyage, le helpdesk sur Facebook de Jean-Charles Franchomme, Respire de Fabio Casili. Nous faisons feu de tout bois. Il y aura peut-être une petite baisse de la fréquentation. Mais, je suis plutôt rassuré : les pros, avec qui je parle au quotidien, me disent tous qu’ils souhaitent se retrouver sur le salon. En tant que salon référent du tourisme depuis 42 ans, nous pouvons sans doute être en octobre le kick off de la reprise pour l’arrière-saison 2021 et surtout la saison 2022.

A lire aussiL’IFTM lance Everywhere, une plateforme digitale pour enrichir le salon physique

Laisser un commentaire

Dans la même rubrique