Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Liligo : « Nous aidons les compagnies aériennes à vendre en direct »

Les comparateurs aident-ils les compagnies aériennes à développer leurs ventes directes auprès des clients loisirs – au détriment des agences ? Liligo en est convaincu, comme l’explique son directeur marketing Guillaume Rostand.

L’Echo touristique : Quelle est votre audience ?

Guillaume Rostand : Nous sommes implantés dans 9 pays. Nous enregistrons plus de 4 millions de visiteurs uniques par mois, selon nos rapports internes basés sur Google Analytics. En France, où nous sommes leader, Liligo compte 4,5 millions d’utilisateurs. Notre algorithme s’adapte en permanence à ce que veut le marché français.

Votre principal concurrent en France, c’est toujours Kayak, non ?

Kayak et Skyscanner, sur le marché français comme à l’international. Kayak est toutefois plus actif sur le marché américain, et davantage développé sur l’hôtellerie que nous. La concurrence nous stimule, et nous encourage à innover.

Votre modèle économique est-il différent ?

Non. En réalité, nous faisons le même travail. Nous sommes au CPC et au CPA, selon les partenariats.

Avez-vous mis en place la réservation directe ?

Nous avons décidé de ne pas la proposer, cela prête trop à confusion. Nous ne sommes pas une agence en ligne. Nous sommes un comparateur, un médiateur. Toutefois, si le marché nous demande la réservation directe, qu’on appelle aussi le ‘facilitated booking’, nous suivrons et nous adapterons.

Comment travaillez-vous avec Go Voyages et Opodo, qui sont vos entreprises sœurs dans le groupe eDreams Odigeo ?

Nos bureaux ne sont pas intégrés. Ce sont des clients classiques, comme les autres agences en ligne et les compagnies. Et avec MisterFly ? Nous ne travaillons pas encore ensemble. Mais nous sommes très ouverts à la discussion.

Travaillez-vous davantage avec les OTAs (les agences en ligne) ou les compagnies aériennes ?

Les deux. Mais les compagnies deviennent de plus en plus orientées vers la vente directe, ce qui me semble normal et naturel. Elles sont de plus en plus présentes, et deviendront majoritaires dans la répartition du trafic. C’est une tendance de fond. Les compagnies aériennes ont mis plus de 20 ans à se positionner, elles ont aujourd’hui gagné en maturité sur Internet, qui permet de désintermédier. Désormais, elles veulent capter le client en direct, plutôt que de passer par des agences. C’est d’ailleurs à cela que servent les comparateurs. Nous les aidons à vendre en direct.

A lire aussi :