Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Les mobiles peinent à transformer les visiteurs en acheteurs

Les Français consultent les services mobiles de Go Voyages, Opodo et Voyages-sncf.com. Mais ils ne réservent pas toujours dans la foulée depuis leur portable.

Avec le boom des smartphones, le m-commerce de produits touristiques décolle, doucement mais sûrement.

"Environ 2,5% des ventes et 5% du trafic Internet viennent des terminaux mobiles, quelle que soit la marque", explique Frédéric Pilloud, directeur commercial et marketing France d’Odigéo.

Le groupe, qui coiffe Go Voyages, Opodo et eDreams, a comparé les taux de conversion : "L’iPhone transforme trois fois moins qu’un site Internet", commente Frédéric Pilloud. L'appareil d'Apple, qui perd des parts de marché en France, convertit 0,4% à 0,5% de ses visiteurs en acheteurs de vols secs, contre 1,5% à 2% sur l'Internet fixe. Une contre-performance logique pour un appareil nomade, à partir duquel la saisie de données personnelles reste fastidieuse et délicate. "Les mobinautes hésitent à sortir leur carte de paiement dans le métro", ils attendent d’être devant leur écran d’ordinateur pour concrétiser leur projet de voyage.

Voyages-sncf.com fait un constat analogue. Le mobile draine 2,6% des ventes en 2011 (deux fois plus qu'en 2010), et pas moins de 20% de l’audience Internet. "On va avant tout sur le mobile pour s’informer", résume Yves Tyrode, son directeur général.

L'iPad "transforme" nettement mieux

La filiale de la SNCF a toutefois écoulé, via les appareils nomades, un record de 2 millions de billets de train l’an dernier. L’iPhone se taille la part du lion des ventes. "Depuis les smartphones, la clientèle est jeune, majoritairement dans la catégorie des 15-34 ans, et elle achète 1 ou 2 jours avant le départ", ajoute Yves Tyrode.

L’iPad est un terminal plus masculin (à 81%), davantage senior et CSP+, avec de bonnes performances marchandes. Consultée sur un canapé ou sous la couette, la tablette d’Apple génère 20% des ventes mobiles de Voyages-sncf.com en 2011, contre 10% en 2010.

Chez les marques d'Odigéo, elle obtient un taux de conversion de visiteur en acheteur équivalent, voire supérieur au site web correspondant. "Plus l’écran est large, meilleur est le taux de transformation", observe Frédéric Pilloud. "Le comportement des propriétaires d'iPad est à mi-chemin entre celui du site classique et l’utilisation faite sur un smartphone", explique Justine Derolez, porte-parole d'eBookers France, dont les ventes mobiles ont doublé au premier trimestre. Un avis largement partagé.