Advertisement
Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Les aéroports de Nice et Lyon enfin privatisés

Clap de fin pour le feuilleton sur la vente des aéroports de Nice et de Lyon. Le gouvernement a officialisé hier leur privatisation pour un montant total de 1,76 milliards d’euros.

Décidée fin juillet par Bercy, la privatisation des aéroports de Nice et de Lyon, respectivement 3ème et 4ème de France en termes de fréquentation, a été officialisée par le gouvernement le 30 octobre via la vente à des consortiums des 60% de parts qu’il détenait dans chacune des plateformes.

Dans les deux cas, les 40% restants du capital sont détenus par des actionnaires publics locaux.

Nice aux mains des Italiens

Pour l’aéroport de Nice, l’Etat cède sa participation au capital de la société Aéroports de la Côte d’Azur à "une société de droit italien constituée par les sociétés Atlantia SpA, Aeroporti di Roma SpA et Electricité de France", détaille un arrêté du secrétaire d’Etat aux Transports Alain Vidalies, daté du 28 octobre et publié au Journal officiel le 30 octobre.

Concernant l’aéroport de Lyon, un arrêté séparé indique que l’Etat cède sa participation au capital de la société Aéroports de Lyon à "une société de droit français constituée par les sociétés Vinci Airports et Predica et par la Caisse des dépôts et consignations".

Des concessions jusqu'en 2044 et 2047

Des opérations qui doivent rapporter au total 1,76 milliards d’euros à l’Etat – dont 1,2 milliard pour Nice et 535 millions pour Lyon –  pour des concessions allant jusqu’en 2044 pour Nice et 2047 pour Lyon.

Cette double privatisation résulte de la loi Macron d’août 2015 qui prévoit de vendre des actifs détenus par l’Etat dans des entreprises afin de "désendetter" le pays. Bouclée en 2015, la cession des parts de l’Etat (49,99%) dans l’aéroport de Toulouse-Blagnac au consortium chinois Casil Europe avait rapporté un peu plus de 300 millions d’euros à l’Etat.

Laisser un commentaire

Dans la même rubrique