Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Le tourisme spatial subit un grave accident

Malgré le crash du SpaceShipTwo, Virgin ne renonce pas au tourisme spatial

La compagnie Virgin a promis de poursuivre son rêve de tourisme dans l'espace, mais pas "aveuglément". C'est ce qu'a déclaré son patron Richard Branson samedi dans le désert californien, où s'est écrasé la veille son vaisseau SpaceShipTwo avec ses deux pilotes à bord, faisant un mort et un blessé grave. Le magnat britannique était visiblement ému et prudent, loin de son habituelle flamboyance.

Une enquête en cours

Une quinzaine de membres du Bureau national de la sécurité dans les transports (NTSB) sont arrivés sur place samedi pour déterminer les causes de l'accident. L'attention devrait se focaliser sur une nouvelle formule de combustible expérimentée dans le vol de vendredi, le 35e de SpaceShipTwo, qui peut transporter six passagers en plus des deux pilotes.

Pour Marco Caceres, analyste du cabinet spécialisé Teal Group, on ne devrait "pas voir de vols commerciaux de tourisme spatial l'an prochain et probablement pendant plusieurs années".

Des vols à 250 000 dollars

L'accident, le deuxième de la semaine dans le secteur du tourisme de l'espace, inflige un cuisant revers au milliardaire à la tête de la puissante multinationale Virgin.

Mais Richard Branson a humblement réaffirmé son rêve. Dans l'attente des conclusions de l'enquête, il a assuré que "lorsque nous aurons découvert ce qui a mal tourné, et si nous pouvons le surmonter, nous ferons en sorte que le rêve survive", d’autant que "des millions de personnes dans le monde voudraient un jour avoir la chance d'aller dans l'espace".  Des centaines d'anonymes et de célébrités ont déjà pris des réservations pour un vol suborbital de quelques minutes à bord de SpaceShipTwo, à 250.000 dollars le billet.

Un vieux rêve

Le milliardaire britannique, passionné d'aéronautique, a annoncé en 2004 son association avec Mojave Aerospace Ventures (MAV), le concepteur américain du premier vol spatial entièrement privé de l'histoire, pour créer "Virgin Galactic". A l’époque, Richard Branson espérait programmer le vol inaugural dans trois ans.