Advertisement
Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Le modèle Groupon est-il brisé ? (Publié le Le 04 mars 2013)

Mauvais temps pour Groupon, symbole des coupons de réduction, notamment dans le voyage. Le groupe américain vient de débarquer son patron, suite à la publication de mauvais résultats financiers.

"J'ai décidé de passer plus de temps avec ma famille… non, je plaisante, j'ai été viré". C'est avec auto-dérision qu'Andrew Mason, le DG et cofondateur de Groupon, a rapporté l’information dans une lettre publiée sur Internet. La direction du site spécialisé dans les bons plans et les bons de réduction l’a remercié après l'annonce de résultats décevants publiés le 27 février 2013 : une perte nette de 67 millions de dollars en 2012 et une croissance trop faible en 2013 par rapport aux prévisions de certains analystes.

Des voyageurs abandonnent le concept

D’après une étude du cabinet de recherches PhoCusWright, le modèle souffre d'une certaine lassitude aux Etats-Unis : 55% des 2036 voyageurs américains interrogés sont, ou ont été inscrits à des sites d'offres locales : 48% en font toujours usage, alors que 7% ont arrêté. Autrement dit, 13% de cette population ayant déjà testé le concept est pour l’heure perdue.

Groupon s'est d'ailleurs un peu éloigné de son modèle originel : nombreuses sont les simples promotions, sans l’ombre d'un coupon garanti à partir d'un nombre minimum d'acheteurs, ou d'une géolocalisation des consommateurs. Le site a même mis en place des moteurs de recherche multi-critères classiques, comme un catalogue dynamique dédié aux des vacances en hôtels-clubs.

Des concurrents offensifs

Dans l'Hexagone, les sites de ventes privées sont venus chasser sur ses terres, avec un concept marketing souvent mieux vécu par les voyageurs et les fournisseurs. Groupon parle de discount à tous crins, quand Vente-privee se vante de valoriser les marques. Plusieurs TO ne veulent plus travailler avec le géant des offres locales dont la clientèle fait souvent preuve d'opportunisme.

Mais son cas n’est pas désespéré. Selon le palmarès des sites "e-commerce" les plus visités sur octobre – novembre 2012, Groupon reste au 6ème rang avec 7,2 millions de visiteurs uniques par mois en moyenne (source Médiamétrie//NetRatings). Le site compte sans doute persister et signer en France. Frédéric Bonfils (ex-Karavel et Twim Travel), qui a récemment été nommé directeur des opérations EMEA, devrait donner un nouvel élan. S’il est encore temps.

Au niveau mondial, Groupon a du plomb dans l’aile. Le site n’a plus la cote auprès des investisseurs. Sa valorisation atteint moins de quatre milliards de dollars, ce qui est loin des 25 milliards attendus en 2011.

A lire : les fiches de Ted Leonsis et de Andrew Mason sur le Carnet des Décideurs de LSA.

Laisser un commentaire

Dans la même rubrique