Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Le ministère du Tourisme va activer sa Cellule de veille

Le Quai d’Orsay recommande la prudence et la plus grande vigilance au Maroc, en Tunisie et en Egypte.

Avec le déclenchement de la guerre en Irak, Léon Bertrand, secrétaire d’Etat au Tourisme, réunira mercredi 26 mars la cellule de veille, instituée en février dernier. Dès lundi, une première évaluation de la situation sera cependant réalisée par le Comité technique d’information sur le voyage (CTIV) avec des représentants de la direction du Tourisme, du Ministère des Affaires étrangères, du Syndicat national des agents de voyages (Snav), de l’Association des tours-opérateurs (Ceto), etc. Le CTIV aura pour mission de déterminer le nombre de français dans les zones « à risque » et définir les mesures à prendre pays par pays. Près de 3 000 touristes français sont actuellement en vacances en Egypte et environ 1 800 en Turquie.

De son côté, le ministère des Affaires étrangères a mis dès hier en place une cellule de crise, joignable au 01.45.50.34.60, « pour assurer l’information du public sur les conditions de voyage et les consignes de sécurité à respecter au Proche et au Moyen-Orient ». 

Sur son site Internet, dans sa rubrique Conseil aux voyageurs, le Quai d’Orsay a par ailleurs affiché une impressionnante liste de pays pour lesquels il émet un avertissement. Sans surprise, il est recommandé aux voyageurs de différer leur voyage en Israël, au Koweït, en Jordanie, en Arabie Saoudite, au Qatar, au Yémen, au Pakistan et dans le Sud de la Turquie. 

Les voyageurs doivent en outre être « vigilants » à Oman, en Iran, aux Emirats Arabes Unis, en Syrie, mais aussi au Maroc, à Djibouti et à Bahreïn. 

Le ministère conseille enfin aux voyageurs « d’observer la plus grande prudence dans les lieux publics et les sites touristiques » mais aussi « d’éviter les rassemblements » en Egypte, en Tunisie et au Liban.    

Les voyagistes ne sont pas en reste. Plusieurs ont en effet monté leur cellule de crise comme Kuoni, Nouvelles Frontières et Voyageurs du Monde. Une réunion du Ceto s’est tenue hier soir, les TO souhaitant arrêter une position commune face à la crise. « Il faudra être ferme sur certaines destinations, plus souple sur d’autres », considère René-Marc Chikli, président du Ceto.

Laisser un commentaire

Dans la même rubrique