Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Le marketing se débride sur Facebook

Services, tarifs exclusifs… le tourisme cherche la recette marketing sur le réseau social, dont les fonctionnalités pourraient faire franchir un palier à l’industrie.

Pour se démarquer et profiter pleinement des possibilités de Facebook, des applications plus évoluées ont vu le jour. Fin mars, Go Voyages et XL Airways inauguraient le jeu « Mariage Minute » à l’occasion du lancement du vol direct Paris – Las Vegas début mai. En actionnant le bras d’un bandit manchot, la photo de l’un ou de l’une des amis de l’internaute est tirée au sort pour devenir « son âme soeur » virtuelle. Si en jouant, celle-ci tombe à son tour sur la photo du demandeur, le couple ainsi formé remporte l’un des cinq voyages pour deux à Las Vegas. De son côté, easyJet UK propose de faciliter l’organisation d’un voyage entre amis. Chacun suggère des destinations, un budget, des dates, puis vote sur une page centrale jusqu’à ce que les choix concordent. Pas de réservation directe sur le réseau social mais un vrai service aux internautes. Dans un genre plus abouti, l’agence en ligne Travelocity a organisé sa page autour d’un personnage, Roaming Gnome, un nain de jardin imaginaire et photographié au cours de ses voyages à travers le monde… Déjà, 54 000 personnes sont abonnées et bénéficient de promotions exclusives sur Facebook, une première. Cette recette marketing plus audacieuse pourrait se voir poussée des ailes avec le nouveau programme du réseau social présenté en avril baptisé Open Graph, qui prend la forme de boutons I like (« J’aime ») apposés sur les pages de nombreux sites Internet. En un clic ce bouton renseigne Facebook sur le parcours Web de l’internaute, et donc sur ses goûts et son profil. De leur côté, les sites sélectionnés par l’internaute ont accès aux informations le concernant et à son réseau d’amis sur Facebook. Du marketing one-to-one, ce Saint-Graal du e-commerce, deviendrait possible. Mais deux limites hypothèquent cet idéal marketing : la capacité d’exploiter ces données et le sujet brûlant du stockage des informations privées.