Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Le Club Méditerranée entre deux rives

Le groupe de loisirs présidé par Henri Giscard d’Estaing (notre photo) a annoncé une perte de 9 millions d’euros pour le premier semestre mais précise qu’il sera bénéficiaire pour son exercice 2008 en raison de la cession en cours de Jet tours et de la ve

Les résultats du premier semestre 2008 du Club Méditerranée, présentés le 13 juin dans son village rénové de Gregolimano (Grèce), sont en demi teinte. Le groupe se félicite en effet d’un chiffre d’affaires en progression de 12,6 % comparé à l’hiver 2007 (à 944 M€), d’un résultat opérationnel s’élevant à 8 M€ , d’une augmentation de 3 % de la durée moyenne de séjour et d’une hausse de 3,2 % du nombre de clients, à 626 000 soit un gain de 20 000. Toutefois, le résultat net s’affiche à nouveau dans le rouge, à -9 M€ (contre un bénéfice de 2 M€ l’hiver précédent) en raison de l’impact de la saisonnalité des coûts immobiliers et l’absence d’opérations sur le patrimoine, notamment de cessions de murs. « Notre résultat net sera positif sur l’année, insiste Henri Giscard d’Estaing, Pdg du Club Méditerranée. Notre stratégie et notre modèle marchent. 2008 est une année charnière concrétisant notre montée en gamme qui vise à faire du Club le spécialiste mondial des vacances tout compris, haut de gamme, conviviales et multiculturelles. Le recentrage de l’activité du groupe sur son cœur de métier qui entraîne au passage la cession de Jet tours à Thomas Cook et la vente de 80 % du capital de Club Med Gym vont lui permettre d’engranger 100 M€ et de porter cette année ses liquidités totales à 330 M€. De quoi rembourser l’emprunt Océane d’un montant de 140 M€ dont l’échéance est prévue en octobre prochain. La dette nette du Club s’élève pour sa part à 350 M€.

Le Club entend donc poursuivre sa stratégie de développement. Sur sa distribution en direct par Internet tout d’abord. Ce canal représentera cette année 12 % des ventes (près de 14 % en France) contre 8 % en 2007, et générera 220 M€ de chiffre d’affaires. Concernant l’offre ensuite, si « une poignée » de villages devrait quitter le périmètre du groupe, ce dernier annonce l’ouverture de cinq clubs 4 et 5 tridents dans les trois prochaines années. Ils seront situés à Cefalu (une reconstruction), Buzios (Brésil), Taba (Egypte), Oman et au Sénégal, avec la création d’un village nature et écologique. Des projets sont également envisagés au Vietnam et au Cambodge. Le concept des villas, dont 16 ont déjà été vendues sur le site d’Albion à Maurice, sera par ailleurs dupliqué à La Caravelle en Guadeloupe, à Marrakech au Maroc et à Villars sous la forme dans ce dernier de chalets suisses. Les rénovations accompagnées le plus souvent d’une montée en gamme seront enfin poursuivies avec notamment Le Riad de Marrakech et le paquebot Club Med 2, qui vont passer en 5 tridents. Les offres Baby Club Med, Baby Welcome… seront étendues afin de séduire encore davantage les familles (qui ont augmenté de 8 %). Henri Giscard d’Estaing justifie cette politique par le fait que les villages 4 et 5 tridents ont gagné 36 000 clients d’un hiver à l’autre et 84 000 en deux ans. « Depuis l’été 2007, nous sommes dans une phase ascendante marquée par un gain de clients et une croissance de la demande pour notre offre 4 et 5 tridents ». 40 % des clients français séjournent désormais dans ces catégories. Selon une simulation du groupe, ceux-ci devraient s’élever à 590 000 en 2008 contre 560 000 l’an dernier, représentant un chiffre d’affaires de 730 M€ contre 675 M€ pour l’exercice 2007. Les réservations pour l’hiver sont bien engagées, en avance comparé à 2007 à la même époque.