Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

La taxe carbone fait débat

Economistes, industriels, syndicalistes et associations planchent pendant deux jours sur le projet de la taxe carbone, voulue par le gouvernement, et applicable aux particuliers et aux entreprises pour les dissuader de consommer des énergies fossiles. Les transports de passagers occupent une place minime dans les débats actuels, qui sont influencés par des questions relatives au pouvoir d’achat des consommateurs. Mais ils ne sont pas absents, loin s’en faut.

« Deux questions ne sont pas tranchées, estime Jean-François Rial, PDG de Voyageurs du Monde. Applique-t-on la taxe à tous les produits (émetteurs de) carbone ? Quelle utilisation fera-t-on des fonds ? ». Les positions de Jean-François Rial sont claires : « Nous pourrions mettre en place une fiscalité verte sur le principe du pollueur-payeur pour tous les types de productions de carbone, incluant le transport aérien, quitte à supprimer une autre taxe. Les fonds recueillis pourraient participer au financement de la recherche sur les énergies propres ».

Interrogés cette semaine, UFC-Que Choisir y va aussi de ses suggestions : « Un système de bonus-malus pourrait être mis en place quand le voyageur a une alternative à l’avion, soit sur les destinations à trois heures de train ou moins », estime François Carlier, directeur des études à l’UFC-Que Choisir. En revanche, sur un Paris-New York où le client est « captif » de l’aérien, le passager ne devrait pas être « sanctionné » par une taxe quelconque, selon lui.

Les transporteurs aériens se préparent, eux, à passer à la caisse. L’Europe prévoit d’imposer des quotas d’émission de CO2 au transport aérien dès 2012, ce qui fait grincer des dents certaines compagnies aériennes.