Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

La SNCF va lancer des mini-trains qui roulent sur la route (vidéo)

La SNCF lance trois expérimentations pour revitaliser les petites lignes. Dont un train électrique capable de rouler sur les rails et la route.

Draisy, Flexy : la SNCF imagine des petits trains plus souples que le TER. Le département d’innovation de la SNCF est en train de développer trois nouveaux trains pour ses petites lignes, plus légers et flexibles que les TER actuels, a annoncé le groupe jeudi.

Crédit : SNCF.

Le « Train léger innovant » de 100 places, la Draisy de 80 places et la petite navette autonome Flexy, ont pour mission de relancer des petites lignes ou d’augmenter les fréquences, à un coût moindre pour les régions qui les financent, alors que le secteur vient de s’ouvrir à la concurrence.

Avec ses deux voitures, le « Train léger innovant » (TLI) sollicite moins les voies et peut emporter des vélos et du fret.

La SNCF développe ce TLI avec dix partenaires dont Alstom, CAF et Thales, dans l’idée de « repenser le train pour les régions », a souligné lors d’une conférence de presse Carole Desnost, la directrice Technologies, innovation et projets du groupe SCNF. Prévu pour 2029, il pourrait remplacer des TER dans des zones peu fréquentées, avec la promesse d’être 30% moins cher.

La SNCF ambitieuse sur les prix

Le Draisy, un plus petit train à batterie, devra remplacer sur les lignes non électrifiées les trains au diesel, que la SNCF compte abandonner en 2035. Prévu pour 2027, avec une autonomie d’une centaine de kilomètres et se rechargeant en gare, Draisy promet d’être 60% moins cher qu’un TER classique, en coût par voyageur et par kilomètre.

La navette Flexy pourra quant à elle quitter les rails pour aller chercher par la route jusqu’à 9 passagers, avant de revenir sur les petites voies de campagne. Conçue par la start-up Milla, avec des pneus et des roues Michelin qui s’adaptent aux rails, elle sera autonome « à terme », après des premiers tests prévus avant 2025.

« Notre ambition est de tenir ces délais pour sortir les concepts. Mais le plus difficile va être de tenir les prix », a souligné Carole Desnost.  Ces nouveaux trains dotés de batteries permettent par ailleurs de n’électrifier qu’une partie de la voie, divisant « par trois » le coût de l’infrastructure », comme ce sera le cas sur la ligne Aix-Marseille à partir de 2026.

La SNCF s’intéresse également aux agrocarburants et au train à hydrogène. Un TER modifié pour fonctionner avec des batteries en plus des modes électrique et diesel doit être lancé au deuxième trimestre 2023 en Centre-Val-de-Loire, dans le Grand-Est, en Nouvelle-Aquitaine et en Occitanie.

A lire aussi :

Laisser un commentaire

Dans la même rubrique