Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

La SNCF cherche un nouveau modèle pour le TGV

La compagnie ferroviaire compte acheter 40 rames TGV pour rajeunir sa flotte vieillissante, et améliorer le taux de remplissage à travers une nouvelle stratégie.

Le modèle de la grande vitesse en France, qui fête ses 30 ans, a besoin d'un coup de jeune. La SNCF a d'ailleurs annoncé jeudi 16 février qu'elle allait engager des négociations avec l'industriel Alstom, pour reprendre ses commandes de TGV, initialement gelées jusqu'en 2015. Si les tractations aboutissent, la compagnie ferroviaire signera un contrat évalué à 1,2 milliard d'euros, rapporte l’AFP. Une évaluation faite sur la base du prix unitaire d'une rame TGV (Euro Duplex), avoisinant les 30M€.

"Le conseil d'administration a décidé ce matin (ndrl, jeudi) d'engager une négociation en vue d'une éventuelle levée d'option d'achat de parc TGV allant jusqu'à 40 rames", a déclaré Guillaume Pepy, lors de la présentation des résultats annuels de la SNCF qu’il préside. Un projet plus que nécessaire, compte tenu du vieillissement de la flotte. La SNCF dispose d'environ 500 rames TGV dont l'âge moyen atteint de 17 ans. Le projet de renouvellement d’une partie du parc résulte de la récente décision du gestionnaire du réseau (RFF) de fournir désormais, plusieurs années à l'avance, les tarifs de ses péages.

Bénéfices en chute libre

Pour réinventer le modèle du TGV, rajeunir les trains ne suffira pas. En parallèle, il faudra notamment utiliser de manière plus dense les lignes actuelles, mieux articuler les horaires de l'ensemble des trains, faire davantage rouler les rames comme les low cost dans l'aérien, explique Guillaume Pépy, dans une interview accordée au quotidien Les Echos. Selon le président de la SNCF, il est également nécessaire de travailler sur la fiabilité du plan de transport, et développer des revenus additionnels en enrichissant l'offre de services.

La SNCF a dévoilé jeudi un bénéfice net 2011 en chute libre (-82%, à 125M€), en raison de 840M€ de dépréciations d'actifs dues, pour 700M€, à la dépréciation du parc TGV. Le chiffre d'affaires du groupe a augmenté de 5,8 % à périmètre constant, à 32,6 milliards fin 2011. L'activité TGV, logée dans SNCF voyages, a progressé à un rythme comparable (+ 5,9 %).

Laisser un commentaire

Dans la même rubrique