Advertisement
Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

La Corse au coeur d’une bataille navale

La question des différents régimes de subventions publiques attise les rivalités entre les compagnies maritimes.

Avis de tempête entre Corse et continent. La guerre est ouverte entre les compagnies maritimes, qui s’affrontent sur la question des aides publiques versées à chacune d’entre elles. La SNCM et la CMN, délégataires de service public, perçoivent des subventions de la part de l’Assemblée territoriale de Corse, au titre de la continuité territoriale pour leurs rotations entre l’île et le port de Marseille. Des aides dont le montant a été réduit en novembre 2009 de 11 ME (sur un total de 106 ME), ce qui conduit à la suppression de 108 traversées sur l’année. Leurs concurrentes, Corsica Ferries et Mobylines, nouvelle venue sur le marché, reçoivent elles-aussi des subventions, dite aides sociales aux passagers, dont le montant vient aussi d’être abaissé. Corsica Ferries affirme que ces sommes sont intégralement répercutées auprès des clients, sous forme de baisses de tarifs. Mais pour la SNCM et la CMN, il s’agit de distorsion de concurrence. Or, les deux compagnies, qui travaillent en partenariat, ont encore perdu en part de marché en 2009 face à Corsica Ferries. La SNCM vient, en outre, de se séparer de son dernier navire à grande vitesse (NGV) et compte vendre trois autres bateaux à la fin de l’été 2010. De quoi faire craindre aux salariés un démantèlement progressif de la compagnie. Ils ont entamé une grève illimitée le 23 février et avaient commencé, dès le dimanche précédent, à bloquer deux navires de la compagnie.

Laisser votre commentaire (qui sera publié après moderation)

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Dans la même rubrique