Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

L’OACI veut mettre les gaz… sur le vert

L’Organisation de l’aviation civile internationale, inquiète du projet européen de taxation des émissions de gaz à effet de serre du secteur aérien, souhaite y substituer son propre accord.

Les dirigeants de l’Organisation de l’aviation civile internationale (OACI) réunis à Montréal en assemblée, pressent les états membres afin qu’ils adoptent une «proposition de protocole» de réduction des Gaz à effet de serre (GES). L’objectif est de devancer le projet de l’Union européenne qui compte taxer dès 2012 les émissions de GES des vols en partance et à destination de l’Europe. Une mesure très critiquée par les pays non européens et que les Etats-Unis n’ont pas l’intention de laisser passer, ni de respecter. Les inquiétudes sont d’ailleurs visibles : « Si cette assemblée se termine sans aboutir à un accord, la prochaine opportunité sera 2013. Pendant ce temps là, l’industrie devra faire face à un patchwork grandissant de mesures conflictuelles et qui se superposent » a prévenu Giovanni Bisignani, directeur général de l’Association du transport aérien international (IATA), en insistant sur les conséquences à envisager dans les relations internationales. Reste à savoir si le secteur parviendra à s’entendre sur un niveau d’exigence suffisamment élevé  pour convaincre l’Europe. Les autorités européennes avaient précisé qu’elle retireraient leur projet de taxe si une norme équivalente, et de portée plus globale, était adoptée. Pour l’instant, le secteur n’était parvenu qu’à s’entendre sur une amélioration de l’efficacité énergétique des aéronefs de 2% par an.

 

Laisser un commentaire

Dans la même rubrique