Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

L’île Maurice assouplit ses formalités d’entrée

  Grâce à cet assouplissement, le gouvernement mauricien devrait stimuler les réservations de dernière minute pour l'hiver.

Depuis le 1er novembre 2012, les ressortissants étrangers n’ont plus besoin d’un passeport valide 6 mois après la date du retour, qui doit simplement l'être le lendemain du vol retour de la personne. Grâce à cette nouvelle mesure valable pour les destinations Maurice et Rodrigues, les autorités locales souhaitent faciliter la venue des touristes, et notamment des Français qui représentent 30% des visiteurs internationaux.

En 2009, l'île Maurice avait autorisé, temporairement, l'accueil de Français sur simple présentation de leur carte d'identité. Cette décision, adoptée en plein mouvement social dans les Antilles, permettait aux voyageurs de réserver à la dernière minute, un véritable argument en faveur de la destination.

Troisième destination long-courrier en France selon les chiffres de l'Association de tour-opérateurs/Ceto, Maurice semble avoir besoin d'un nouveau coup de pouce pour stimuler les arrivées. Elle a enregistré une fréquentation française en recul de 11% en 2011, et les ventes de forfaits étaient en retrait de 12% chez les TO du Ceto en juillet dernier.

S'ouvrir aux marché émergents

En 2011, le pays a accueilli 964 642 visiteurs étrangers, un nombre stable par rapport à 2010 (915 000). On est loin des objectifs d'avant crise : 2 millions de touristes en 2015. Robert de Spéville, directeur commercial des hôtels Beachcomber, se dit sceptique pour 2013 et prévoit de développer de nouveaux marchés sans rentrer toutefois dans "une guerre tarifaire qui nuirait à l’image que nous avons su développer depuis des années". Le groupe mauricien a enregistré 64% de taux de remplissage en 2011, et 130 000 clients dont 25% de français.

Pour l'heure, l’île redéfinit ses priorités, et poursuit sa nouvelle classification hôtelière (couvrant 110 établissements, soit 13 000 chambres). Selon Robert Desvaux, président de l’Office du tourisme de l’île (MTPA), "il est nécessaire d’étoffer l’offre touristique et de diversifier la clientèle vers les marchés émergents comme la Russie, la Chine, l’Inde ou encore la Corée du Sud. Tout en restant une destination haut de gamme". 

La MTPA lance une grande campagne marketing et de communication en cette fin d'année, et début 2013 : affichage en agences, spots télévisés, eductours…

Laisser un commentaire

Dans la même rubrique