Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

L’assistance voyage à la peine en 2014

Malgré une baisse conséquente de son chiffre d’affaires en 2014 (-10,7%), l’assistance voyage continue de s’adapter aux évolutions du marché, en mettant les  technologies au service des voyageurs.

La vente des contrats d’assistance voyage a fortement diminué en 2014. Lors d’un point presse organisé ce mercredi 15 avril, le Syndicat National des Sociétés d’Assistance (SNSA), qui couvre 96% de l’activité des assisteurs dans le marché hexagonal, a annoncé un chiffre d’affaires de 253 millions d’euros, soit une baisse de 10,7% par rapport à 2013. Métier historique des assisteurs, l’assistance voyage représente aujourd’hui 9,8% du chiffre d’affaires global des sociétés d’assistance, qui s'élève à 2,57 milliards d'euros.

La fin du milieu de gamme

"La crise économique a poussé les Français à rester en France en 2014 ou à s’orienter vers des destinations proches : l’Europe et l’Espagne en particulier restent les destinations favorites des Français, avec un retour de la Grèce. Côté longs courriers, les Etats-Unis restent une destination prisée et on constante une progression de l’Australie et de l’Indonésie", a détaillé le président du SNSA Nicolas Gusdorf. Par ailleurs, si certaines sociétés membres ont noté une baisse des transports médicalisés, le SNSA observe une hausse des évacuations sanitaires organisées depuis l’étranger, notamment depuis les pays asiatiques.

La  tendance est à la polarisation de la demande, note également le syndicat. Le milieu de gamme s’efface ainsi progressivement au profit d’offres low cost ou, a contrario, de voyages sur mesure.

L’assistance voyage 2.0

Pour faire face à la croissance du marché des étudiants et stagiaires en déplacement à l’étranger, les assisteurs créent des offres adaptées.  Autre marché en plein essor, celui du "corporate mobility". Afin d'accompagner les voyageurs d’affaires, le développement de la connectivité se révèle indispensable. "Nous ne voulons pas créer des gadgets, prévient toutefois Nicolas Gusdorf, mais nous devons nous emparer de ces outils et être des acteurs de l’humanisation de la connectique."

Ainsi, les entreprises peuvent maintenir en permanence le contact avec leurs collaborateurs, grâce à une géolocalisation en temps réel. Dans un contexte international instable, le voyageur a aussi besoin de recevoir des informations sur les risques sécuritaires et sanitaires liés à un pays. Pour les particuliers, la souscription en ligne, la recherche de professionnels de santé référencés à proximité, ou encore une conciergerie connectée peuvent représenter une vraie valeur ajoutée. Les assisteurs proposent enfin des applications dédiées par exemple aux sports de glisse.

Laisser un commentaire

Dans la même rubrique