Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

L’aérogare à bas coût marseillais reçoit son financement

Le Président du Conseil Général des Bouches-du-Rhône a signé hier avec le Président de la CCI de Marseille Provence et le Président de l’Aéroport Marseille Provence, la convention de partenariat nécessaire au lancement du projet d’aérogare à bas coût qui

En paraphant ce jeudi 19 mai dans le salon d’honneur de l’Aéroport Marseille Provence la convention de partenariat liant pendant trois ans le Conseil Général des Bouches-du-Rhône et la Chambre de Commerce et d’Industrie Marseille-Provence, les élus départementaux et consulaires ont transformé le projet d’aérogare à bas coût en réalité. Le Conseil Général intervient à hauteur de 7,6 millions d’euros, soit la moitié de l’enveloppe nécessaire à la réhabilitation de l’ancienne gare de fret de 6000 m². Elle sera opérationnelle dès le printemps 2006.

D’une capacité de 3,5 millions de passagers et capable de traiter six avions de type Airbus A320 ou Boeing 737 en simultané, cet aérogare prendra le nom de Marseille Provence 2 (MP2). Dès 2008, il devrait recevoir 1,8 million de passagers. Selon Jean-François Bigay, Président de l’Aéroport Marseille Provence (5,7 millions de passagers en 2004), « le marché low cost pourrait représenter 25% de notre trafic alors qu’il ne pèse aujourd’hui que 8% ».

Pour l’instant, Pierre Régis, Directeur de la plate-forme phocéenne, dispose de deux dossiers de candidature pour cet aérogare portés par Ryan Air et EasyJet (ce dernier est déjà présent sur la plate-forme). Si techniquement, les deux pourraient être retenus, la vocation de MP2 étant de recevoir plusieurs compagnies, Jean-François Bigay a révélé qu’ »une seule de ces compagnies le sera pour des raisons commerciales ». Son nom sera connu cet été alors que commenceront les travaux.

Le Conseil Général prévoit également d’intervenir sur le financement de l’allongement de la seconde piste.

 
Frédéric Dubessy, à Marseille

Laisser un commentaire

Dans la même rubrique