Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Kuoni quitte à son tour le Snav

Georges Colson, président du Syndicat national des agences de voyages (notre photo) a reçu hier la démission de Kuoni, après celle lundi de Donatello. Avec Marmara, qui a quitté le syndicat en juin, ce sont donc trois tour-opérateurs de poids qui claquen


Après Marmara en juin et Donatello lundi, Kuoni a franchi le pas. Le TO a démissionné du syndicat national des agences de voyages (Snav) hier. Notre départ du Snav est l’aboutissement d’une longue réflexion. Le syndicat ne répond plus à nos attentes. Cela ne signifie pas du tout que nous nous coupons de nos distributeurs, déclare Emmanuel Foiry, Pdg de Kuoni. Il précise que ce départ n’est pas lié non plus à l’affaire Firstchoice qui vient de secouer la profession et regrette même que sa démarche tombe au même moment. La semaine dernière, la famille des distributeurs du Snav avait en effet condamné Marmara pour le lancement de son site Firstchoice.fr. Antonio D’Apote, Pdg de Donatello précise également que sa démission n’est pas liée à cette actualité mais mûrement réfléchie. Les tour-opérateurs démissionnaires déplorent la lenteur de la réforme des statuts et leur difficulté à se faire entendre au syndicat. Ils estiment que le Ceto, leur association de tour-opérateurs, répond suffisamment à leurs attentes.

Lors d’un point presse hier, Georges Colson a tenu à répondre à ces reproches. Les voyagistes ne se rendent pas compte du travail quotidien réalisé pour eux  par le Snav a-t-il répondu en citant comme exemple les combats du syndicats contre la loi de 92, le soutien à Ultramarina, la négociation de  la convention collective. Le président du Snav s’est également expliqué sur la lenteur de la réforme des statuts. Notre projet prévoit de dissoudre le conseil national actuellement composé de 54 membres et de ramener l’instance qui le remplacera à 12 membres environ. Les familles seront regroupées en trois métiers. Il y a des réticences et cela prend du temps. De plus il existe un blocage sur le mode d’élection du président du syndicat. Les distributeurs ne veulent pas que les représentants des régions participent à l’élection du président du syndicat, or ces derniers n’entendent pas céder. 

Une commission technique dite tourisme a été crée pour favoriser le dialogue entre producteurs et distributeurs. Elle sera co-présidée par Gérard Letailleur, président de Selectour, et un représentant des tour-opérateurs, qui n’a à ce jour pas encore été désigné.  

Laisser un commentaire

Dans la même rubrique