Advertisement
Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Justice : Lastminute.fr ne pourra plus vendre Ryanair

Considérant qu’il s’agissait de «parasitisme» , le tribunal de commerce de Paris a ordonné à l’agence de voyages en ligne Lastminute de cesser la vente de vols de la compagnie Ryanair.

Le 5 avril, la low cost a annoncé avoir gagné son procès contre Lastminute, qui gère le site Lastminute.fr. Le tribunal de commerce de Paris a ordonné la cessation immédiate de la vente de vols Ryanair, qu’il considère donc comme illégale et sujette à une amende de 1 000 euros par jour. Le tribunal a également ordonné à Lastminute le paiement à Ryanair de 50 000 € pour ‘free-riding’ sans le consentement de Ryanair sur son site internet. Le free-riding peut être défini comme le comportement d’une personne qui par stratégie ne participe pas à une action pour ne pas en supporter les coûts tout bénéficiant des éventuels avantages obtenus par ceux qui se sont engagés dans de cette action.

« Nous nous réjouissons de cette décision du tribunal de commerce de Paris soutiennent le droit de Ryanair à déterminer son propre modèle de distribution », a commenté Robin Kiely de Ryanair.

Ryanair veut court-circuiter les screen scrapers

De plus, la Cour a rejeté la demande de Lastminute selon laquelle il devrait être interdit à Ryanair de vendre des produits et services annexes. « La vente de produits et services annexes est essentielle pour permettre à Ryanair d’offrir des tarifs bas à ses clients. Nous demandons à nos clients d’éviter les ‘screen scrapers’ (technique qui consiste à scanner le contenu d’un site afin de pouvoir le réutiliser sur un autre site NDLR) tels que Lastminute et de réserver directement sur le site de Ryanair, le seul endroit où trouver les tarifs Ryanair les plus bas », a conclu Robin Kiely.

Lastminute devra contribure à hauteur de 10 000 € aux frais de justice de Ryanair. Précisons que cette décision du tribunal n’est pas encore complètement applicable puisque Lastminute dispose d’un mois pour faire appel.

En 2012, Ryanair avait au contraire perdu en justice contre Opodo, pour concurrence déloyale.

Les commentaires sont fermés.

Dans la même rubrique