Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Jean-Paul Chantraine, PDG d’Asia : « Il faut arrêter de dire que les TO sont morts ! »

Asia a terminé son exercice 2011-2012 avec des résultats « acceptables » selon Jean-Paul Chantraine, son président, qui refuse le pessimisme ambiant et place 2013 sous le signe de « la croissance innovante ».

L’Écho Touristique : Cela semble vous agacer d’entendre dire et répéter que tout va mal, que les TO sont morts, tués par Internet ?

Jean-Paul Chantraine : Oui, finissons-en avec le syndrome de la forteresse assiégée ! Internet, c’est génial mais ce n’est qu’un distributeur de contenu servi par une technologie fabuleuse, en aucun cas un fabricant. Notre métier à nous, les producteurs, consiste justement à créer des contenus en mettant la barre toujours plus haut. Plus nous serons créatifs, plus nous aurons de la légitimité. Il faut arrêter de dire que les TO sont morts ! Il n’y a pas de fatalité et on peut trouver des voies de passage.

Même si c’est plus compliqué ?

Il est vrai que les voyageurs préparent de plus en plus leurs voyages en ligne. Les allers-retours dans la concrétisation d’un dossier se multiplient donc. Le coût du traitement et de la vente est renchéri d’autant. Mais si le contenu est différent, on finit par emporter l’affaire. Nous proposons aux clients d’être coproducteurs de leurs voyages.

Faut-il s’inquiéter de la montée en puissance des réceptifs avec lesquels les agences traitent de plus en plus en direct ?

Cela ne me dérange pas. Les agences vont s’essouffler. C’est un métier de créer des voyages, le nôtre. Je précise que Tourcom qui a développé une plateforme réceptifs et communique le plus sur le sujet est aussi le réseau qui a le plus progressé chez Asia. La preuve que nous lui apportons quelque chose.

La créativité est votre leitmotiv, comment s’exprime-t-elle ?

Nous avons placé 2013 sous le signe de la croissance innovante. La créativité, c’est une évidence, on est payé pour ça, c’est notre job de TO : aller chercher de la valeur ajoutée. Pour nos produits, c’est la recherche permanente de pertinence, d’inattendu. Il faut surprendre, être créateurs d’émotions, de moments partagés, parier sur l’altérité. Notre valeur ajoutée, ce sont nos propres hébergements à l’instar du Luangsay Lodge, au Nord du Laos. Au Vietnam, nous venons de créer une société 100 % dédiée à Asia avec notre partenaire local Vidotour. L’idée est d’offrir des exclusivités à nos clients, de développer des produits maison, d’écrire la suite de ce que nous faisons déjà au Laos ou en Indonésie. Nous venons également de signer un partenariat avec la compagnie du Ponant qui va lancer un programme de croisières en Asie à l’automne.

Et dans la distribution, quelles sont les voies de passage ?

La labellisation est une voie d’avenir à laquelle j’aurais dû m’intéresser plus tôt. Mais le contexte n’était pas le même qu’aujourd’hui. Le partenariat stratégique que nous avons signé avec Tourism Invest, le groupe de Jean Dionnet, va nous permettre d’avoir, dès ce mois de mars, six points de vente à nos couleurs, avec une enseigne extérieure et un corner intérieur. Le contrat est très light. J’avance au feeling sans mettre de contrainte de chiffres d’affaires ni de clauses trop pesantes. Soyons flexibles et élevons le niveau. Ce réseau va se développer en parallèle à nos propres espaces Asia.

%%HORSTEXTE:1%%

Laisser un commentaire

Dans la même rubrique