Advertisement
Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

ITA, la nouvelle Alitalia, ne volera finalement pas cet été

ITA, la compagnie aérienne italienne appartenant à l’État qui remplacera Alitalia en faillite, ne commencera à voler qu’en septembre.

L’Italie et l’Union européenne (UE) semblent avoir fait un pas de plus vers un accord sur les conditions du successeur d’Alitalia. De nouvelles informations de Bloomberg, issues des pourparlers de Bruxelles, affirment qu’une approbation non officielle d’un plan d’Italia Trasporto Aereo (ITA) prévoyant 55 à 60 avions est attendue d’ici la fin de la semaine. Le ministre de l’Industrie, Giancarlo Giorgetti, actuellement responsable de la gestion d’Alitalia, doit rencontrer ce mercredi à Bruxelles la responsable de la concurrence de l’UE, Margrethe Vestager.

Alors qu’ITA devait initialement lancer des vols en avril, puis ensuite en juillet, la compagnie ne décollera finalement qu’en septembre – manquant la haute saison des vacances d’été, selon son PDG Fabio Lazzerini.

ITA ne gardera que 55 avions d’Alitalia

ITA sera dans un premier temps autorisée à employer entre 4 500 et 5 000 personnes et à exploiter une flotte de 55 à 60 appareils. Il s’agit d’une réduction d’environ 40% à 45% par rapport à la flotte pré-Covid d’Alitalia d’un peu plus de 100 avions. Cependant, seuls 45 de la flotte de la compagnie aérienne sont actuellement répertoriés comme actifs selon ch-aviation. La capacité opérationnelle actuelle ne serait donc pas immédiatement affectée.

L’UE demande que la compagnie Alitalia ne détienne pas une participation majoritaire dans les activités de manutention ou de maintenance d’ITA.

Le transporteur est en pourparlers avec Deutsche Lufthansa AG et Delta Air Lines Inc. au sujet de partenariats commerciaux, d’après Messaggero. Le Corriere della Sera a également rendu compte des négociations, citant Delta et United Airlines Holdings Inc. comme candidats possibles à des partenariats sur le marché clé des États-Unis. Delta a confirmé au journal qu’elle était en pourparlers avec la compagnie aérienne italienne pour « consolider et approfondir nos relations ». United n’a formulé aucun commentaire.

A lire aussi : 

Laisser un commentaire

Dans la même rubrique