Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Handicap : l’accessibilté pose toujours problème

Seuls 15% des établissements recevant du public sont aujourd'hui accessibles selon l'Association des paralysés de France (APF).

"Seuls 15% des établissements recevant du public sont aujourd'hui accessibles alors que 70% du temps est passé" rapporte à l’AFP Jean-Marie Barbier, président de l'Association des paralysés de France (APF). La loi handicap de 2005, qui impose de rendre les bâtiments et transports accessibles à tous avant 2015 a permis des avancées. Mais l’objectif d’accessibilité ne sera pas atteint, tant dans les transports que dans les commerces ou les hôtels.

L'accessibilité des villes progresse, mais lentement
L'APF qui dispose de son propre baromètre, estime que l'accessibilité des villes progresse mais lentement. La "majorité" des établissements municipaux (mairie, théâtre municipal, stade municipal) devraient être accessibles pour 2015. En revanche, "les commerces de proximité continuent d'être un souci prégnant". Les associations déplorent également l’absence d’un baromètre global pour évaluer le retard. Il existe également un problème au niveau des municipalités, peu d’entre elles ayant répondues. La moitié des travaux de voirie nécessaires (mise à niveau des trottoirs, passages protégés, installations de signaux pour aveugles, d'alertes lumineuses pour les malentendants…) auraient été réalisés, estime M. Barbier.

Les grands groupes hôteliers se mettent rapidement aux normes
Du coté des professionels du tourisme, les avancées sont également timides. Si les grands groupes hôteliers se mettent rapidement aux normes, beaucoup d'indépendants, déjà impactés par les lois sur la sécurité incendie, ou le nouveau classement, n'ont pas commencé les travaux, nombre d'entre eux misant sur les dérogations accordées par les préfectures. Les agences de voyage, enfin, bien que concernées par la loi, attendent encore. Pour Valérie Boned, secrétaire générale déléguée du Snav, il est temps de se saisir de la question, tant pour les propriétaires, qui peuvent réaliser un diagnostic ou faire appel à un expert pour estimer les travaux nécessaires, que pour les locataires.

 

Laisser un commentaire

Dans la même rubrique