Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Grève à Air France : les syndicats refusent les propositions de la direction

Mardi 13 mars, la direction d’Air France a reçu les organisations, regroupées en intersyndicale, qui ont lancé un préavis de grève pour la journée du 23 mars. Les compromis proposés par les dirigeants n’ont pas satisfait les syndicats.

Air France a pris bonne note des revendications des organisations salariales, centrées sur une augmentation générale des salaires de 6%. Mais « la situation économique et financière de la compagnie » rend cette augmentation générale « impossible sans compromettre sa stratégie de croissance, d’investissement et de reprise des embauches », explique la direction.

Négocier avant les Assises

Souhaitant afficher une position unie avec ses salariés quelques jours avant l’ouverture des Assises du transport aérien, la compagnie aérienne propose un mécanisme d’ajustement salarial pour rattraper la baisse de pouvoir d’achat des personnels « dont le salaire individuel de 2017 comparé à celui de 2011 aurait augmenté moins vite que l’inflation sur la même période ».

Ainsi, « aucun salarié d’Air France n’aura vu son pouvoir d’achat diminuer sur cette période ». La direction a indiqué être prête à ouvrir des négociations en ce sens dans les plus brefs délais, et a demandé la levée du préavis de grève.

Les syndicats maintiennent la grève

Cependant, selon Reuteurs, les syndicats d’Air France ont rejeté massivement la proposition de la direction lors d’une courte réunion, et ont confirmé leur appel à la grève pour le 23 mars, au lendemain du mouvement prévu à la SNCF.

“Nous ne faisons pas confiance à cette direction pour l’appliquer à chaque salarié individuellement”, a déclaré à Reuters, Sébastien Portal, le secrétaire général du SNGAF.  Grégoire Aplincourt, président du Syndicat des pilotes d’Air France (Spaf), juge lui impossible de négocier le mécanisme de la direction alors même que l’évaluation des gains de pouvoir d’achat des deux parties sont très éloignées. “Notre réponse est simple : donnez-nous 6% !”, a-t-il conclu.

Dans la même rubrique

Les commentaires sont fermés.