Advertisement
Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Grégoire Pasquet : « Worldia table sur une croissance de 80 à 100% en 2022 »

Malgré la pandémie, qui a mis un coup d’arrêt à son développement, Worldia se montre toujours ambitieuse. Entretien avec Grégoire Pasquet, son co-fondateur.

L’Echo touristique : Comment Worldia traverse la crise que nous vivons actuellement ?

Grégoire Pasquet : Comme pour tous les acteurs de l’industrie, nous venons de traverser une année particulièrement difficile. Nous avons eu un niveau d’activité très bas, parfois inférieur de 80% par rapport à l’année 2019, notre dernière année de référence. Depuis la mi-avril, nous observons cependant une reprise progressive. L’activité gagne petit à petit en intensité, et nous avons réussi à revenir à notre niveau d’activité de 2019 lors de la deuxième semaine du mois de mai. Depuis, nous constatons une très forte croissance par rapport à 2019. L’activité se concentre beaucoup sur l’été, évidemment. Mais nous avons aussi enregistré de nombreux départs de dernière minute en mai et juin. Nous sommes donc désormais optimistes.

L’Echo touristique : Vous avez notamment étoffé l’offre France au printemps 2020. Est-ce que l’Hexagone fait partie de vos destinations les plus vendues ?

Grégoire Pasquet : La France pèse pour environ 10% de notre chiffre d’affaires. C’est notre troisième destination la plus vendue, derrière la Grèce et l’Italie. L’élargissement de notre offre France nous était réclamé par nos partenaires. Avant la pandémie, l’offre de tour-operating à destination de la distribution demeurait assez pauvre. Développer la France a toujours fait partie de nos projets… même si nous pensions initialement le faire pour répondre aux besoins des réseaux de distribution étrangers avec lesquels nous travaillons. Mais la pandémie a accéléré notre stratégie sur ce volet.

L’Echo touristique : La France n’est donc pas qu’une question d’opportunités pour Worldia, un tour-opérateur plutôt relié au long-courrier initialement ?

Grégoire Pasquet : Au-delà du contexte particulier que nous vivons depuis le début de cette pandémie, la demande de production sur la France, mais également l’Europe, est bien réelle, et en croissance continue. Nous sommes donc amenés à enrichir nos offres dans ces destinations, y compris quand la pandémie sera terminée. Nous avons toujours été présents en Europe, et nous avions accéléré, ces dernières années, sur cet axe. Et, s’il est vrai que nous sommes d’ordinaire très bien installés aux Etats-Unis, au Canada ou encore en Asie, la pandémie nous a permis de mettre le curseur, en termes d’efforts, sur l’Europe et la France. Nous les travaillerons désormais au même titre que les autres destinations.

L’Echo touristique : Le marché de Worldia, c’est toujours les agences de voyages ?

Grégoire Pasquet : Depuis sa création, en 2013, Worldia s’adresse au marché de la distribution. Toutes les fonctionnalités de notre plateforme sont pensées pour les agences de voyages. Le B2C ne représente qu’une part infime de notre activité, générée par le bouche-à-oreille de certains de nos clients. Nous ne faisons aucune promotion et aucun marketing autour de notre site Internet. Ce modèle économique ne changera pas. Au contraire : la pandémie nous a permis de nous rapprocher de nouveaux partenaires, de nouveaux réseaux de distribution, y compris à l’étranger. Encore une fois, notre triptyque a répondu à nombre de leurs attentes pendant cette période où la relation entre partenaires est devenue plus stratégique que jamais. Nous travaillons avec près de 4 000 agents de voyages, et aujourd’hui, ce sont eux qui contribuent fortement à notre reprise.

L’Echo touristique : Une reprise que vous estimez désormais durable ?

Grégoire Pasquet : Nous clôturons nos comptes à la fin septembre, donc l’année 2021 est quasiment déjà terminée pour Worldia. Même si, comme je l’ai dit précédemment, nous sommes sur une très bonne dynamique depuis la mi-mai. Notre ambition, c’est désormais de maintenir cette dynamique jusqu’à la fin septembre, ce qui nous permettrait de bien préparer 2022. Une année importante, pendant laquelle nous voulons au moins doubler notre taille par rapport à l’exercice 2019, avant la pandémie. Nous tablons donc sur une croissance de l’ordre de 80 à 100% l’année prochaine.

L’Echo touristique : Vous avez réalisé une importante levée de fonds à l’été 2019. D’autres mouvements de ce type sont prévus ?

Grégoire Pasquet : Actuellement, Worldia est financée comme elle doit l’être, et il n’y a pas d’augmentation de capital ou de levée de fonds prévus à court terme. Cette levée de fonds nous permet de continuer à grossir et à nous développer, car l’accompagnement de l’Etat pendant cette période a été très bon : il nous a permis de rester debout sur le plan financier. Nous restons donc 100% indépendant, avec le soutien bienveillant des trois fonds d’investissements qui nous accompagnent (Red River West, Cap Horn et Raise Ventures, NDLR).

A lire aussi :

Laisser un commentaire

Dans la même rubrique