Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Fram : les salariés descendent dans la rue

Une vingtaine de salariés de Fram ont manifesté lundi après-midi devant le siège du voyagiste à Toulouse. Ils réclament de pouvoir consulter l'offre pré-pack déposée par Karavel-Promovacances.

"Nous exigeons de la direction qu'elle nous donne accès à l'offre de reprise présentée par Karavel Promovacances", explique Laye Simakha, délégué syndical CGT et secrétaire général du Comité d'entreprise de Fram.

Poussés à bout par des semaines d'incertitudes et d'atermoiement, les salariés de Fram ont décidé de faire entendre leur voix. A l'appel de la CGT, une vingtaine sont descendus dans la rue devant le siège de l'entreprise à Toulouse le 2 novembre dans l'après-midi et paraissent décidés à obtenir gain de cause.

Mobilisation à venir

"Nous ne voulons pas nous laisser imposer un pré-pack social. Ce n'est pas à la direction ni à l'administrateur judiciaire, qui ont eu connaissance de l'offre de reprise de Karavel dans le cadre d'un pré-pack économique de nous imposer l'ordre ni les conditions de départs des salariés. Nous souhaitons pouvoir en discuter".

Dans l'offre présentée la semaine dernière par Karavel-Promovacances, il est fait état de 23% des effectifs supprimés. "Nous voulons et avons le droit d'avoir des détails. Nous devons être consultés", explique Laye Simakha qui indique que la proposition de Karavel-Promovacances n'a pas été détaillée au Comité d'entreprise. 

"La mobilisation sera bientôt plus importante", prévient Laye Simakha qui s'inquiète de la date fixée au 18 novembre pour l'examen d'éventuelles autres offres. "Dans le cadre du redressement judiciaire, Fram est entrée en période d'observation. Cela veut dire que le juge a considéré que l'entreprise avait capacité à faire face jusqu'au 18 novembre. Mais ce délai est évidemment préjudiciable pour l'activité et c'est du temps perdu pour Karavel, en réassurance et suivi des dossiers. Nous allons continuer à interpeller par tous les moyens pour nous faire entendre."

Laisser un commentaire

Dans la même rubrique