Advertisement
Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Fram : l’APST répond à trois questions sensibles

Placé en redressement judiciaire pour six mois avec une audience sur les offres de reprise prévue seulement le 18 novembre, Fram reste dans une situation confuse qui suscite inquiétudes et perplexité, y compris du côté de l'APST. Raoul Nabet , son président, fait le point sur trois questions sensibles.

 

Quelle est votre lecture du jugement du 30 octobre rendu par le Tribunal de commerce de Toulouse ?
Raoul Nabet : Nous avons été étonnés, comme tout le monde, par la date du 18 novembre et le délai très long que cela induit pour d'éventuelles autres offres de reprise. Est-ce que cela remet en cause la procédure prepack envisagée avec Karavel Promovacances ? Honnêtement, nous ne le savons pas. Nous attendons de pouvoir prendre connaissance du jugement pour le comprendre. En général, il faut compter 24 à 72 heures pour la parution d'un jugement. A sa lecture, nous aurons peut-être des éléments de réponse, sachant que ce qui nous paraît long ne l'est pas forcément pour la justice. Ce qui est certain, c'est que ce délai met Fram en difficulté. Le risque évident est que les ventes diminuent encore davantage et que la situation financière de l'entreprise s'aggrave.

Cela met-il de pair l'APST dans une situation délicate ?
Pas du tout. Aujourd'hui, nous ne sommes que spectateur, puisque Fram n'a pas fait appel à la garantie. L'entreprise assume pleinement son redressement judiciaire et doit, dans ce cadre, faire face à ses engagements, sachant que le passif est gelé. L'APST n'est pas saisie du dossier, ne prend donc rien en charge jusqu'à nouvel ordre, et certainement pas le paiement des hôtels comme j'ai pu le lire ici ou là.

Continuez-vous à soutenir l'offre de Karavel Promovacances ?
C'est la seule à ce jour, à notre connaissance, et elle a tout notre soutien. Y-a t-il une autre offre à venir ? Nous n'en savons rien, mais il est à craindre qu'à attendre une seconde proposition mieux disante, on compromette la première et la rende moins fiable. Nous n'avons aucune explication à ce délai, et cette attente imposée par la justice.

Laisser un commentaire

Dans la même rubrique