Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Frais GDS : les agences allemandes sont vent debout contre Lufthansa

Outre-Rhin, les agences de voyages, impactées par la surtaxation prochaine des billets émis via un GDS, crient à la distorsion de concurrence. Une action en justice, à l'encontre de Lufthansa, sera-t-elle entreprise ?

"C'est un pas dans la mauvaise direction pour les clients comme pour les professionnels du tourisme !", lâche Norbert Fiebig. Le président du syndicat professionnel allemand du tourisme (DRV, Deutscher Reiseverband)* ne décolère pas depuis l'annonce, le 2 juin, des frais de 16 euros bientôt appliqués par le groupe Lufthansa sur les billets émis via un GDS.

"Lufthansa fait un saut en arrière, vers des méthodes de réservation et de facturation vieilles de trente ans", ajoute Norbert Fiebig, qui représente le Snav allemand. "Ces frais conduisent à une énorme distorsion de concurrence, renchérit Stefan Vorndran, président de BCD Travel Germany à Brême. Ils restreignent le recours au conseil d'un spécialiste. Tout cela ne peut pas aller dans le sens de la protection du consommateur".

Le portail de Lufthansa ne satisfait pas les pros

Ce sont les spécialistes du voyage d'affaires qui risquent, en premier lieu, de boire la tasse. L'association professionnelle des managers de voyages d'affaires (Verband Deutsches Reisemanagement), qui représente les intérêts de 550 grandes entreprises, a mené une enquête interne : 77 % de ses membres estiment que les réservations directes sur le portail de Lufthansa, proposées par la compagnie aérienne, ne constitueront pas une alternative acceptable à leurs canaux de réservations habituels.

La question juridique

"Les professionnels des voyages d'affaires protestent, mais il n'y a pas encore de recours juridique contre Lufthansa", reconnaît Sybille Zeuch, porte-parole du DRV. A l'échelle européenne, les frais GDS ne constituent pas, non plus, une entorse évidente à la législation. "Les Allemands doivent analyser la compatibilité de cette décision de Lufthansa avec la législation allemande", propose Ewa Grabiak, conseiller juridique à l'ECTAA, l'association européenne des agents de voyages et tour-opérateurs.

* 96% des entreprises allemandes adhérentes de la VDR (10 milliards d'euros de volume d'affaires par an) utilisent les compagnies du groupe Lufthansa pour satisfaire leurs besoins de transport.