Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Frais GDS d’Air France : la grogne monte dans les agences

Certains réseaux et agences de voyages déplorent le manque de communication et d'anticipation d'Air France KLM, qui a confirmé des fees de 11 euros par segment. Sur ce sujet très sensible, le groupe aérien a publié une FAQ de cinq pages à laquelle nous vous donnons un accès direct.

Dans un courrier envoyé par courrier à la distribution le 3 novembre, Zoran Jelkic, DG France Air France KLM, répond en partie aux questions des agences.

« La concurrence renforce la nécessité de s’adapter en permanence et de se différencier grâce aux évolutions de la technologie », explique-t-il dans cette lettre que nous nous sommes procurés. « Le groupe Air France KLM travaille progressivement au développement de son offre NDC (New Distribution Capability, Ndlr) et investit dans des options vous permettant d’accéder, de réserver et de vendre l’offre du Groupe : soit en se connectant à APIs (Application Programming Interface) Air France KLM dès janvier 2018, soit en accédant au nouveau portail d’Air France KLM (Agent Booking Tool) à partir du 1er avril 2018. »

Le groupe continuera bien sûr d’être distribué via les GDS, mais avec une surcharge de 11 euros par segment marketing d’Air France, Hop! ou KLM (lire aussi sa FAQ de cinq pages). Un supplément sensé couvrir « le différentiel de coût entre le modèle GDS et les coûts équivalents observés en vente directe ». Son montant, « susceptible d’évoluer » dans le temps, ne s’appliquera pas aux APIs ni au portail Air France KLM – Agent Booking Tool – et aux canaux de vente directe d’Air France KLM.

Panurgisme et arrogance

« C’est un mauvais signal envoyé au marché, et l’illustration du panurgisme des compagnies », insiste Jean-Pierre Mas. Le président des Entreprises du voyage (EdV) dénonce ainsi le comportement d’une compagnie nationale qui imite Lufthansa et IAG (British Airways et Iberia).  « Les frais GDS remettent en cause le modèle économique et technologique de la distribution, ajoute-t-il. Les agences de voyages vont perdre en productivité. Quant à l’accès NDC, personne ne sait comment il va fonctionner. Aucun GDS ne sait faire une démo ! Ce qui est à craindre, c’est que tous les tarifs ne soient pas accessibles ». Les contrats full content des GDS ont cette vertu d’exhaustivité.

« Pour l’instant, nous n’avons reçu aucun courrier ni FAQ d’Air France, s’énerve le patron d’une TMC – et c’est loin d’être le seul. « Je suis absolument sidéré par le manque de tact du groupe, son arrogance, sa condescendance. Nous n’avons aucune réponse technique, alors que les frais et l’accès NDC seront déployés le même jour, le 1er avril 2018. Sur le fond, nous nous y attendions. Sur la forme, Air France a une approche détestable. » Et ce spécialiste du voyage d’affaires de rappeler que le groupe et ses plus grands dirigeants ont complètement caché leurs intentions pendant leurs beaux discours et échanges à l’IFTM.

« Je pense que c’est une erreur des compagnies », estime, plus nuancé, Richard Vainopoulos, président de TourCom. « Déjà, depuis la commission zéro, les compagnies ont du mal à fidéliser les agences. » Richard Vainopoulos compte maintenant discuter avec Air France KLM pour faire baisser les fees, en jouant sur la volumétrie du réseau. Les grands réseaux et les TMC entendent bien renégocier avec la compagnie française, comme ils l’ont fait avec IAG.

%%HORSTEXTE:1%%

Laisser un commentaire

Dans la même rubrique