Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Fête de la Fédération

NULL

Un an après la prise de la Bastille, le fougueux et ambitieux La Fayette poussa à l’organisation d’une fête de la Fédération, à laquelle assista Louis XVI, bien obligé de prêter serment lors d’un événement béni par le rusé et tout aussi ambitieux Talleyrand. Rien à voir avec le projet de fédération de tous les professionnels du tourisme, voulu par le président du l’Association de tour-opérateurs – Ceto et ses amis, confirmé par le président du Syndicat national des agents de voyages (Snav) et bénie, enfin, annoncée en avant-première, par le coprésident d’AS Voyages… Dans cette affaire, ce qui frappe n’est ni l’impatience des uns à s’approprier une vieille idée ni la satisfaction des autres à se démarquer sans apparaître dissident ou soliste, mais la volte-face de Georges Colson. Certes, le contexte a changé. Le syndicat, miné par les dissensions lors de son élection, considérait l’idée de fédération comme une menace pour sa survie. Mais, fort de plusieurs succès notables, le Snav pourrait incarner une certaine force tranquille, revendiquée par son président et trouver profit à « ne pas être écarté » de ce chantier. C’est lucide et malin. Lucide car l’éventuelle mise en place d’une fédération, c’est renoncer à la vision intenable d’un Snav-Roi-Soleil régnant sur tous ses sujets, pour accepter d’être soumis à une assemblée représentant la nation des professionnels. Les métiers s’entrecroisant de plus en plus, à échelles toujours plus supranationales, il se donne aussi un siège d’honneur dans une instance intéressant d’abord les industriels, présents sur toute la chaîne : transport, réceptif, tour-opérating, distribution. L’adhésion à l’idée de fédération, c’est aussi malin, car Georges Colson, habile politique, a plusieurs fois montré qu’il n’avait déjà plus besoin de jouer la carte du roi pour arriver à ses fins sans avoir l’air valet. Les fougueux, rusés et autres ambitieux en savent quelque chose. Joyeuses fêtes de fin d’année… et vivement 2011, pour suivre et analyser l’actualité de tous vos métiers. Car vous fédérer autour de notre magazine, c’est aussi notre ambition. Pour longtemps.

Laisser un commentaire

Dans la même rubrique