Advertisement
Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Ferroviaire : le Grand Est accélère sur l’ouverture à la concurrence

La région Grand Est vient de franchir une nouvelle étape dans le processus de mise en concurrence dans le transport ferroviaire.

Le Grand Est va devenir la première région française à ouvrir à une concurrence complète plusieurs de ses petites lignes ferroviaires, selon un vote jeudi du conseil régional. Les élus régionaux ont décidé en séance plénière l’ouverture à la concurrence pour la gestion des infrastructures et la circulation sur la ligne Nancy-Contrexéville et pour un ensemble de tronçons entre Strasbourg(Bas-Rhin) et Epinal (Vosges) formant la liaison « Bruche-Piémont-Vosges ».

Ces lignes sont aujourd’hui fermées, suspendues ou dans un état qui limite leurs capacités de trafic, a précisé la collectivité dans sa délibération soumise à vote jeudi. La région prévoit de lancer les appels d’offres d’ici la fin de l’année, afin de désigner les lauréats entre mi-2022 et début 2023 pour une reprise de l’exploitation ferroviaire fin 2024/début 2025, après deux ans de travaux de modernisation, selon la délibération.

Seule région à ouvrir la concurrence pour l’infrastructure et la circulation

La procédure prévoit de confier à un même opérateur « à la fois l’infrastructure, le matériel roulant et ‘la reprise’ du personnel » de SNCF Voyageurs, a précisé Jean Rottner, président (LR) de la région. Cette mission complète sera inédite en France, a souligné David Valence, vice-président pour les transports. « Nous sommes la seule région à faire les deux démarches : gestion des infrastructures et circulation », a-t-il dit au cours d’un point presse.

D’autres régions se concentrent sur l’un des deux volets : la circulation pour PACA et les Hauts-de-France, les infrastructures pour Centre-Val-de-Loire, a-t-il cité. « Ce que nous prévoyons, c’est ce que fait aujourd’hui la SNCF. Demain, ce sera peut-être un autre que la SNCF », a complété David Valence.

A plus long terme, la région Grand Est prévoit de reproduire cette ouverture à des lignes transfrontalières la reliant aux agglomérations allemandes voisines, comme Karlsruhe ou Sarrebruck, a-t-elle ajouté.

A lire aussi :

1 commentaire
  1. DEBANO Pierre dit

    Bien évidemment, impossible de porter un jugement sur la façon dont est faite cette ouverture à la concurrence (une très bonne chose dans le principe) car rien de détaillé n’est diffusé par la Région. Or il semble que, pour Nancy Contrexéville, les choses sont faites à l’inverse du bon sens car la Région a déjà défini les infrastructures alors que la définition des horaires n’est pas encore faite. Or les infrastructures devraient être adaptées aux horaires définis préalablement, et non l’inverse, pour un service à la population optimal. Il y a donc de quoi se poser des questions, surtout quand on voit la stupidité de ce qui est en cours pour la réouverture de St Dié – Epinal.

Laisser un commentaire

Dans la même rubrique