Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Espagne, le boom provincial (22 juin 2012)

Éclipsées par le balnéaire et Barcelone, Valence la confirmée, Bilbao la nouvelle venue, Saragosse l'oubliée et Santander la prometteuse se remuent dans une Espagne en crise.

Vus de l'autre versant des Pyrénées, nos 8 millions de touristes ne sont qu'au troisième rang, derrière les Allemands et les Britanniques ; mais l'Espagne n'en est pas moins la première destination étrangère des Français. Les plages y sont pour beaucoup, avec les cinq fameuses « costas » et l'essor notable des Baléares. Pour autant, les Français aiment aussi l'Espagne de la ville et, en ville, moins les monuments que le mode de vie. De là l'immense succès de Séville et de l'hégémonique Barcelone, multimillionnaires en touristes.

Agitant comme une cape rouge les clichés de « tapas » et de « fiestas », trop de voyagistes oublient cependant que l'Espagne compte aussi 17 métropoles régionales, aux particularismes divers. Nous en avons choisi quatre. D'abord Valence dont le succès, dans ce pays où la capitale n'est qu'en 6e position, tient du prodige. Dans la même ligne, c'est aussi le cas de Bilbao, que les nouveautés architecturales ont propulsé métropole culturelle basque.

 

DES VILLES POUR LES COURTS-SÉJOURS

 

Dans une moindre mesure, les innovations de Saragosse 2008 l'ont aidé à atteindre les 300 000 touristes, le même chiffre que Santander, forte d'un imposant palais des festivals, d'un musée maritime, en espérant celui de la Préhistoire, d'envergure européenne. Dans ce pays où « flambant neuf » veut vite dire « flamber », ce boom provincial a des effets secondaires, symbolisés par l'aéroport sans avion de Valence-Castellon, qui a saigné les caisses de la Communitat valenciana. Cependant, à l'heure de la crise, les résultats de ces dépenses restent magnifiques, et n'ont pas peu fait pour attirer la clientèle de courts séjours vers des villes naguère vieillottes, qui ont redoré l'aura de tout le pays ; et puis, comme on dit là-bas : No te pueden quitar lo bailado (on ne peut t'ôter ce qui est déjà dansé).

%%HORSTEXTE:1%%

Laisser un commentaire

Dans la même rubrique