Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

EDITO. Voyage : le piège de la fin des tests Covid avant le départ

De la Thaïlande au Canada, plusieurs destinations viennent de supprimer le test avant le départ, depuis la France. Attention toutefois aux effets secondaires et imprévisibles de cette apparente bonne nouvelle.

Pressée de relancer l’activité touristique qui représentait 20% de son PIB avant la pandémie, la Thaïlande vient de mettre fin aux tests de dépistage obligatoires avant le voyage. Le Cambodge a pris la même mesure cette semaine, tout comme le Canada. Sans oublier, toujours en mars 2022, l’Ouzbékistan ou encore l’Arabie Saoudite. Cette décision vise à fluidifier la mobilité internationale.

Pourquoi cette levée du test avant le départ n’est pas forcément une bonne nouvelle ? Parce que ces mêmes pays qui l’appliquent risquent de détecter la maladie à l’arrivée… La Thaïlande exige un premier test au premier pas sur le sol, et un second le jour 5. Et même un autre pour les voyageurs non/partiellement vaccinés, au jour 8/9. Au Canada, les voyageurs vaccinés pourront toujours subir un test aléatoire à l’arrivée.

De son côté, le ministère de la Santé du Cambodge précise que malgré l’annulation des exigences de tests, il encourage tous les passagers à se tester eux-mêmes. C’est du bon sens. Non seulement pour éviter, à l’aéroport par exemple, de contaminer ses voisins dans les files d’attente. Ensuite pour s’épargner une quarantaine à l’arrivée, après un test de dépistage qui s’avèrerait positif. Même si les assurances ad hoc couvrent en général les frais d’isolement sur place, passer plusieurs jours entre les quatre murs d’un hôtel ou d’un établissement médicalisé, sans ses proches, ne sont pas des vacances…

Il est conseillé aux voyageurs de passer un test avant le départ, par précaution.

C’est la raison pour laquelle, il est conseillé aux voyageurs de passer volontairement un test avant le départ, par mesure de précaution. Et aux professionnels du voyage de donner cette recommandation utile à leurs clients, qui leur en seront sans doute reconnaissants…

La tragédie ukrainienne a relayé le suivi médiatique de la pandémie au second plan. Mais il ne faut pas oublier que le virus circule toujours dans certains pays. Sans tirer la sonnette d’alarme, Jean-Baptiste Lemoyne l’a reconnu, hier, en conférence de presse. Le ministre délégué au Tourisme a évoqué « une petite reprise épidémique dans un certain nombre de territoires en Europe dont la France », notamment en raison d’un plus grand « brassage » des populations à l’heure de la levée de restrictions. D’ailleurs, le patron de Jean-Baptiste Lemoyne au Quai d’Orsay, Jean-Yves Le Drian, est à son tour positif au Covid-19… 

Contrairement à ce que certains croient, l’épidémie de Covid n’est malheureusement pas terminée. Elle reprend même dans plusieurs zones de la planète, déplore l’Organisation mondiale de la santé. Et ce, même si le nombre de tests de dépistage effectués diminue de manière significative. Comme nous l’annoncions récemment, à Hong Kong, les hôpitaux et les morgues sont saturés. La Chine enregistre la pire vague de contaminations depuis de début de la pandémie, souligne de son côté Courrier International le 13 mars. Le nombre de cas confirmés dans le pays a triplé en vingt-quatre heures.

De quoi donner envie de respecter les gestes barrières classiques, même si certains ne sont plus obligatoires… Toujours par mesure de précaution, pour ses proches comme pour soi-même.

Linda Lainé, rédactrice en chef de L’Echo touristique

Laisser un commentaire

Dans la même rubrique