Advertisement
Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Easyvoyage.com voit la vie en Bourse

Le portail éditorial et comparateur de voyages espère lever 12 M€ en plaçant une partie de son capital en Bourse. Objectif : poursuivre sa croissance en France, et se développer en Europe, à commencer par le Royaume-Uni.

 

Comme Switch cinq mois plus tôt, Easyvoyage.com veut à son tour entrer en Bourse. Mais là s'arrête la comparaison. Car si le TO de Jean-Pascal Siméon a tenté sa chance à l'issue de son premier exercice déficitaire (2005), Easyvoyage.com le fait sur fond d'excellente santé financière. A la fois portail éditorial et comparateur de voyages, le site voit sa rentabilité s'apprécier, grâce à des charges quasi fixes. Son chiffre d'affaires croît vite (3,759M€ en 2005, soit +32% comparé à 2004) et son résultat net encore plus (861000€ en 2005, +64%). Pour les exercices futurs, les comptes devraient rester dans le vert. Le site anticipe un chiffre d'affaires de 6,1M€ en 2006 (8,8M€ en 2007), pour un résultat brut d'exploitation de 1,2M€ (2M€ en 2007, contre 853 000€ en 2005). Sa visibilité est meilleure qu'un tour-opérateur, par essence vulnérable aux soubresauts géopolitiques : "Si l'Egypte est à la peine comme actuellement, les internautes peuvent se reporter vers d'autres destinations et d'autres TO partenaires, souligne Jean-Pierre Nadir. Nous sommes plus dans une logique de pur player que de producteur. Nous n'avons pas de prise de risque. Notre modèle économique est lié à l'audience. Plus le trafic augmente, plus nos revenus croissent".  En clair, Easyvoyage.com (qui annonce 1,3 millions de visiteurs uniques/mois) aide l'internaute à préparer son voyage grâce à son contenu éditorial, des comparateurs de produits, et des tests produits (effectués par des journalistes, et à partir de juillet par des clients). Son modèle économique, c'est de générer du trafic, pour ensuite le re-router de manière qualifiée vers des TO partenaires. "Nous coûtons 2% à 5% à un voyagiste, contre 10% à 17% dans le monde traditionnel", soit quand la vente est effectuée par une agence de voyages "classique".

Le site a gagné un premier match : l'Autorité des marchés financiers (AMF) a donné son feu vert le 19 juin, après avoir épluché son dossier de candidature de 250 pages. Reste à convaincre les investisseurs, que le portail a convié jeudi 22 juin pour présenter son projet d'introduction sur le marché Alternext. Si la séduction opère, Jean-Pierre Nadir et les autres actionnaires historiques garderont le contrôle (avec respectivement 29,5% et 34,9% du capital), alors que 35,6% passeraient aux mains du public. La fourchette du cours d'introduction est de 12,95€ à 14,96€ (en vue d'une première cotation le 12 juillet). Les personnes peuvent souscrire, via leur banque, du 21 juin au 5 juillet.

En cédant un tiers de ses actions en Bourse, Easyvoyage.com espère lever 12M€ (7M€ en augmentation de capital, et 5M€ en cession de parts), et ce, dans un double objectif : se développer en France de manière organique, voire par croissance externe, grâce à l'acquisition de sites de contenu online de voyages ; et s'exporter ailleurs en Europe (au Royaume-Uni, puis en Allemagne, en Italie, en Espagne).
En début d'année, le TO Switch a espéré entrer en Bourse, au marché libre, avant de faire marche arrière faute d'écho auprès des investisseurs.  Voyageurs du Monde a pour sa part annoncé son intention d'entrer prochainement en Bourse, sur Alternext d'Euronext Paris comme Easyvoyage.com. Le TO de Jean-François Rial attend le feu vert de l'AMF.

 

Laisser votre commentaire (qui sera publié après moderation)

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Dans la même rubrique