Advertisement
Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Défaillance de XL Airways : un casse-tête pour les agences et les clients

Les professionnels du voyage tentent de venir en aide aux passagers de la compagnie XL Airways. 110 000 coupons seraient émis et non-volés.

La défaillance de XL Airways est un nouveau casse-tête pour les agences de voyages. « Nous estimons à 110 000 le nombre de coupons émis et non volés pour XL Airways », explique Jean-Pierre Mas, président des Entreprises du Voyage (EdV). Or certains vols, réservés seuls ou dans le cadre d’un forfait, sont susceptibles d’être annulés à partir du 23 septembre, a prévenu la compagnie aérienne qui se déclare aujourd’hui en cessation de paiement.

Le syndicat a déjà demandé aux compagnies aériennes qui desservent les mêmes axes que XL Airways d’accorder des tarifs spéciaux aux détenteurs de billets XL. « Nous suggérons aussi aux agences de voyages de mettre en remboursement les billets non-volés par le biais des GDS », ajoute le président du syndicat, qui doute toutefois de l’issue de ces demandes. En attendant, les agences de voyages font face à un afflux d’appels, et peinent parfois à savoir si les vols de leurs clients ont été maintenus ou pas.

« Nous sommes en guerre contre IATA »

« Nous sommes déterminés à mener, au niveau juridique et politique, toutes les actions possibles à l’égard de IATA, l’Association internationale du transport aérien. Nous sommes en guerre contre IATA ! » Suite aux défaillances successives de Aigle Azur et de XL Airways, les EdV regrettent l’absence de protection des agences et des clients en cas de faillite.

« Il faut un dépôt de garantie, comme dans d’autres métiers, notamment au sein des agences immobilières, des avocats, des notaires et… des agences, abonde Fabrice Dariot, président de l’agence en ligne Bourse des Vols (BDV). Les grandes compagnies aériennes et IATA font du lobbying contre cette caisse de garantie. A chaque fois, les clients se retrouvent bloqués à destination. Ensuite, l’information fait la Une des médias, ce qui dessert la profession, les consommateurs et toute l’économie du tourisme. » Le plateau de BDV est saturé. Ses conseillers tentent de trouver des solutions pour les clients qui ont acheté des billets secs – même s’ils n’ont pas d’obligations légales en ce sens. Les voyageurs qui ont acheté des billets en direct auprès de la compagnie en difficulté n’ont pas cette assistance. S’agissant des billets vendus dans le cadre d’un forfait, la responsabilité de plein droit s’applique pour les agences.

Le PDG d’XL Airways a lancé vendredi un appel pour réunir les 35M€ nécessaires, afin d’éviter selon lui d’abandonner des passagers sur le tarmac et faire repartir l’activité.

A lire aussi :

Les commentaires sont fermés.

Dans la même rubrique