Advertisement
Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Croisières.fr se rêve en Amazon de la croisière

La société basée à Monaco veut distribuer une offre exhaustive et satisfaire toutes les envies des croisiéristes européens.

« Nous nous rêvons en Amazon de la croisière », lance Pierre Pelissier, président de Cruiseline (ex-QCNS Cruise), la holding qui coiffe de nombreuses marques de distribution de croisières en ligne : Croisières.fr, Webcroisières, croisières.net, etc. Il reste du chemin à parcourir, même si Cruiseline revendique le statut de leader sur ce segment.

Cruiseline annonce un chiffre d’affaires de 155 millions d’euros en 2018. « Et il devrait frôler les 200 millions d’euros en 2019 », chiffre Pierre Pelissier. Créée il y a une quinzaine d’années, la société a investi plusieurs marchés avec ses différentes marques, en Europe et en Amérique Latine. « La France représente près de la moitié de notre chiffre d’affaires : c’est l’un des marchés les plus matures pour la vente en ligne », précise Pierre Pélissier. Et un marché diversifié, à la recherche d’un éventail très large de propositions.

Concurrent des compagnies de croisières

Et c’est bien sur l’exhaustivité de l’offre que mise Cruiseline : « Nous voulons proposer le plus grand nombre de croisières aux meilleurs prix », assure Pierre Pélissier. L’outil technologique de l’agence est connecté aux 45 plus grandes compagnies de croisières mondiales. « En fonction des compagnies, le client peut même visualiser sa cabine et les ponts, avant de réserver sa croisière ». Des compagnies qui deviendront, à terme, les concurrents directs de la plate-forme, selon Pierre Pélissier.

Si la distribution de croisières en ligne compte une trentaine d’acteurs en France, Cruiseline, grâce notamment à Croisières.fr, s’octroie la place de leader, « avec une avance confortable sur le numéro 2 », selon Pierre Pélissier. « Mais ce sont les compagnies elles-mêmes, de plus en plus tournées vers le B2C, qui vendront en direct leurs produits dans le futur ». Pour préparer l’avenir, Cruiseline a notamment racheté l’activité Croisières de Jet Travel, une agence de voyages également basée à Monaco. « C’est notre première acquisition en 15 ans, donc nous allons prendre le temps de l’intégrer. Mais nous ne nous fermons aucune porte pour d’autres éventuels rachats. »

Jusqu’à franchir le pas du B2B ? « Nous nous sommes posés la question du B2B2C. Mais nous préférons nous concentrer sur ce qu’on sait faire, le B2C, qui représente 95% de notre activité », conclut Pierre Pélissier. En 2018, Cruiseline a fait partir 160 000 personnes en croisières, dont une petite partie en Groupes.

A lire aussi :

Les commentaires sont fermés.

Dans la même rubrique