Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Croisière

Tout comme les navires, les passagers français sont toujours plus nombreux à prendre la mer. Augmentation du nombre de départs de France, offre croissante de croisières francophones, soutien acquis de la distribution : la dynamique a toutes les chances de se poursuivre.

La crise économique n’aura pas eu raison de la passion croissante des Français pour les croisières maritimes. Mieux : ce marché semble avoir servi de valeur refuge en 2009. Selon les chiffres de l’Association française des compagnies de croisières (AFCC), 347 000 passagers tricolores ont pris la mer l’an dernier, soit 12 % de plus qu’en 2008. Une progression qui se situe dans la moyenne du marché européen. La France, où le secteur n’a commencé à larguer les amarres que depuis quelques années, reste cependant un Petit Poucet par rapport à ses voisins. Elle se place au cinquième rang des pays émetteurs (derrière le Royaume-Uni, l’Allemagne, l’Italie et l’Espagne), ne fournissant que 7 % des 4,9 millions de croisiéristes européens comptabilisés en 2009. La Méditerranée reste, de loin, la destination favorite des passagers hexagonaux (69 %), devant les Caraïbes (14 %). Pour les opérateurs de croisières fluviales, en revanche, l’année 2009 a été plus rude : selon les estimations de l’AFCC, le nombre de passagers aurait reculé à 165 000 (- 3 %).

DE NOUVEAUX NAVIRES EN SERVICE

Côté compagnies de croisières, la bataille des chiffres fait toujours rage. Costa Croisières ne communique toujours pas ses statistiques mais continue de revendiquer une part de marché d’au moins 50 % en nombre de passagers français, soit un total estimé d’environ 170 000 clients. « L’année a été plus difficile que les précédentes, mais nous avons connu une croissance à deux chiffres », confiait en février Georges Azouze, le président de Costa Croisières France. Idem chez MSC, qui annonce 63 000 passagers en France pour l’an dernier (+26 %). Un essor qui s’explique aussi par la mise à flots, à un rythme effréné, de nouveaux navires par les deux compagnies italiennes : trois chez MSC entre décembre 2008 et juin 2010, trois chez Costa entre mai 2009 et février 2010. Des unités flambant neuves remplies à coup de tarifs « very early-booking », « last minute » et autres promotions ? Les compagnies assurent que non. Antoine Lacarrière, le directeur général de CDF-Croisières de France, se montre plus dubitatif. Et d’affirmer, c’est de bonne guerre, que sa compagnie est l’une des seules à ne pas avoir dégradé son panier moyen en 2009, tout en revendiquant un bilan « certifié » de 30 000 clients français (+25 %). Quant à CroisiFrance, qui complète ce quatuor de tête, elle annonce 32 000 passagers en 2009 (+20 %), dont 22 000 embarqués à Marseille, port au départ duquel elle assure être la compagnie offrant la plus grosse capacité. La multiplication des départs de France, depuis Marseille mais aussi depuis d’autres ports (Costa positionnera des bateaux en tête de ligne au Havre en 2011), ainsi que le développement des croisières 100 % francophones (TMR a relancé la marque Paquet cette année, Taaj Croisières investit le marché en 2011) devraient contribuer à alimenter la croissance du marché. Une dynamique pleinement soutenue, désormais, par la distribution. Pour preuve, le succès de l’édition 2009 du Jour le plus long de la croisière (23 % de croissance des ventes et du chiffre d’affaires par rapport à 2008) ainsi que la signature de plusieurs accords de référencement l’an dernier (RCCL avec Afat, CDF-Croisières de France et la Compagnie du Ponant avec Selectour…). Pour accompagner le mouvement, l’AFCC a lancé, début 2010, son label « Expert Croisières », décerné à 400 ou 500 agences d’ici à la fin de l’année. La barre des 400 000 croisiéristes maritimes français devrait être franchie cette année.

En 2009, 347 000 passagers français (+12 %) ont embarqué pour effectuer une croisière maritime