Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Crise migratoire : quel impact sur le tourisme en Grèce ?

L'arrivée massive de migrants sur les îles de la mer Egée a entraîné une chute de la fréquentation touristique. L'impact sur le marché français varie d'un TO à l'autre.

Les camps de réfugiés font-ils fuir les touristes ? Periklis Antoniou, président des hôteliers de Lesbos, en est persuadé. Il vient de s'en plaindre devant les médias grecs : en mai 2016, cette petite île de la mer Egée a vu sa fréquentation "chuter de 65% par rapport à l'année précédente". Après avoir accueilli plus de 500 000 réfugiés depuis le début de la crise migratoire, Lesbos s'attend cette année à une perte de revenus supérieure à 20 millions d'euros dans l'industrie touristique. Le ralentissement des flux migratoires, consécutif à l'accord conclu fin mars 2016 entre l'Union européenne et la Turquie, ne suffira pas à sauver sa saison.

Les clients ne veulent pas "voir" les migrants

Plus loin vers le sud, en face de la côte turque, Kos et Rhodes sont elles aussi touchées par un recul de l'activité touristique. Pour les tour-opérateurs français, l'impact est variable. "La Grèce continentale fait (habituellement) partie des destinations de report dans le bassin méditerranéen", analyse Samia Benslimane, directrice de la production de Thalasso n°1. "Mais la conjoncture est compliquée, donc il n'y a pas de report", regrette-t-elle.

Matthieu Mariotti, responsable de production pour le segment "Emotions" chez Kuoni et Donatello, observe pour sa part "un frein sur les ventes de l'ordre de 20% à 25%" sur l'ensemble de la Grèce. "La Grèce continentale est plus satisfaisante que Kos ou Samos, parce que ces deux îles moins bien pourvues en hôtels de luxe ne correspondaient pas à ce que nous proposons à nos clients", analyse-t-il. "Nos agents de voyages font remonter les inquiétudes des clients, qui disent à propos des migrants qu'ils ne veulent pas voir ça. Nous les rassurons et vendons très bien en haut de gamme. La clientèle qui affiche un panier moyen plus élevé a peut-être une lecture différente de l'actualité".

Héliades relativise

"Il y a eu un amalgame entre ces îles et le reste de la Grèce. Mais aujourd'hui, la crise migratoire n'est plus vraiment un problème sur les ventes", relativise Jean Brajon, directeur général d'Héliades. "Nous avons réduit nos capacités de 50% sur Kos", reconnaît-il. "Mais cette destination, qui venait d'être lancée en 2015, n'a représenté que 1000 clients la première année. Il faut arrêter de parler de la crise migratoire. D'autres facteurs comme le terrorisme, la situation sociale enflammée et la situation économique de la France ont un impact plus fort sur notre activité".

Chez TUI France, le service production est pour sa part serein : mi-juin, la fréquentation est en augmentation de 12% sur Kos. S'agissant de Corfou et Rhodes, deux îles plus à l'écart des flux migratoires en 2015, le fort accroissement des capacités entraîne des hausses respectives de 23% et 78% des réservations sur le marché français. Pour ce faire, le TO a aussi fait jouer des tarifs promotionnels, notamment des ventes flash.

%%HORSTEXTE:1%%

Laisser un commentaire

Dans la même rubrique