Advertisement
Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Comment Wonderbox veut conquérir le marché (très convoité) des activités

Du coffret cadeau aux activités, il n’y a qu’un pas que Wonderbox a décidé de franchir. En B2C, mais également via les agences de voyages.

Wonderbox veut ajouter une nouvelle corde à son arc. Le spécialiste du coffret cadeau, qui en a écoulé quelque 3,3 millions en Europe l’an dernier, veut désormais permettre d’acheter ces activités… pour soi. Et se positionner ainsi sur le marché de plus en plus convoité de l’expérience et du loisir, réservables partout, en quelques clics. Ils sont en effet nombreux, marchant pour certains dans les pas des Expériences d’Airbnb, à vouloir conquérir, chacun avec leur modèle, ce marché : des start-up mais aussi des poids lourds, comme Booking, qui vient de se lancer dans la réservation d’activités sèches, ou encore des opérateurs “traditionnels” du tourisme s’offrant des jeunes pousses spécialisées sur ce créneau, comme ce fut récemment le cas de Pierre et Vacances avec rendezvouscheznous.com.

Un catalogue prêt à l’emploi

C’est aussi une vraie révolution pour Wonderbox, même si l’ingrédient de base – un catalogue de 100 000 activités – est déjà là. « Nous considérons que nous avons une offre suffisamment pertinente pour aller sur ce terrain là”, estime Fabrice Lépine, le directeur général de Wonderbox. De fait, l’entreprise s’y est déjà un peu frottée en lançant il y a deux ans Wonderweekend, un site qui permet de choisir un séjour non pas par destination, mais par thématique. Avancer ses pions sur le marché de la vente d’activités suppose des développements technologiques – cette nouvelle offre sera entièrement digitale – mais pas seulement. L’entreprise devra aussi faire évoluer son mode de sélection des prestataires pour un maillage toujours plus serré et établir de nouveaux accords commerciaux. Pour l’heure, cette nouvelle offre n’en est qu’à ses balbutiements, même s’il est déjà possible d’acheter des activités à la carte sur le site Wonderbox. La première brique sera réellement posée à la fin de l’année, et la plate-forme pleinement opérationnelle d’ici 2021, prévoit Fabrice Lépine.

Objectif : 400 millions de chiffre d’affaires d’ici deux ans

En élargissant ainsi son périmètre, au risque de diluer son ADN, Wonderbox espère créer un relais de croissance significatif. Et ce, alors que le marché du coffret cadeau est arrivé à maturité. L’objectif est d’atteindre un chiffre d’affaires de 400 millions d’euros à l’horizon 2021, beaucoup plus que les 225 millions engrangés en 2018. Un bond de 175 million d’euros que devrait venir soutenir cette nouvelle offre, mais aussi de futures acquisitions devant alimenter cette croissance. « Ces quatre dernières années, Wonderbox a déjà accéléré sur la croissance externe en rachetant plusieurs entreprises, rappelle de son côté Pauline Corre-Jégousse, chargée de communication du groupe : Vivabox en 2015, Gift For You en 2017 et Life Cooler l’an dernier. » Motus, pour le moment, sur les entreprises qui pourraient être en ligne de mire. Jusqu’à présent, la stratégie en termes d’acquisition était en tout cas bien établie : cibler des territoires où Wonderbox n’est pas encore implanté, ou de nouveaux concepts de coffrets cadeaux.

Un nouvel outil pour les agences

Cette nouvelle offre d’activités sera également accessible aux agences de voyages via un portail Internet. Une façon de poursuivre une collaboration initiée de longue date. Wonderbox continuera parallèlement de vendre ses coffrets cadeaux en agences, lesquelles pèsent 5% du volume total de distribution. “Nous avons vu dès le départ qu’il y avait une opportunité en agence, se remémore Fabrice Lépine, le directeur général de Wonderbox, cela permet notamment de vendre les séjours les plus chers – entre 300 et 800 euros. Contrairement à ce que l’on pourrait imaginer, le coffret cadeau ce n’est pas de la vente facile, le consommateur peut avoir besoin de temps et de conseils pour choisir, souligne Fabrice Lépine. De leur côté, les agences apprécient ce produit, qui leur permet de développer des ventes additionnelles. C’est pour certains un véritable produit d’appel”, assure-t-il.

Tout en planchant sur le déploiement de cette nouvelle offre, Wonderbox a déjà les yeux rivés sur Noël. Des nouveautés seront lancées et présentées à partir de la rentrée. De fait, mieux vaut ne pas rater cette période plus que stratégique : les coffrets cadeaux représentent, sur trois à quatre semaines, 50% du chiffre d’affaires de l’année pour l’entreprise. Un pic sans doute vertigineux que la vente d’activités hors coffrets pourrait aussi contribuer à lisser.

Les commentaires sont fermés.

Dans la même rubrique