Advertisement
Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Comment TUI construit son meccano en Europe

Le numéro un mondial du tourisme accélère sa consolidation, menant de front acquisitions et cessions pour améliorer sa performance.

Le groupe TUI, maison mère de TUI France (Marmara, Nouvelles Frontières, Aventuria, Passion des îles), a présenté ce matin ses résultats semestriels en faisant état d'une perte nette doublée, à 449 millions d'euros.

Une saison d'été bien engagée

La première moitié de l'exercice (octobre-mars) est toutefois traditionnellement la moins dynamique, tempère le numéro un mondial qui indique rester "persuadé qu'il pourra augmenter son bénéfice opérationnel annuel d'au moins 10%". Les réservations pour l'été sont en effet "en ligne" avec ses attentes, y compris sur le marché français dont il note "la performance positive".

La perte du premier semestre est de fait essentiellement liée à une dépréciation de ses parts dans l'armateur Hapag-Lloyd, dont TUI cherche à se désengager depuis longtemps. Le chiffre d'affaires est lui à la hausse, à 6,8 milliards d'euros (+2,7%), une performance
jugée satisfaisante compte tenu "d'un contexte difficile", au regard des attentats qui ont frappé différents pays.

"Notre modèle d'activité intégré et notre concentration sur nos offres d'hôtels et de croisières ont montré que nous suivions la bonne
stratégie et nous ont rendu résistants", estime dans un communiqué le patron du groupe Fritz Joussen.

TUI va donc continuer à dérouler cette stratégie qui passe aussi par la réorganisation de son portefeuille de marques. Alors que le groupe a confirmé ce matin être dorénavant en négociations exclusives avec Transat AT pour le rachat de Look Voyages et Vacances Transat, il poursuit en parallèle la cession d'autres activités et voyagistes. 

Productivité et compétitivité en priorités

Il a ainsi décidé de mettre en vente The Specialist Group, une unité indépendante qui compte une cinquantaine de marques et d'entreprises comme le spécialiste du nautisme Sunsail ou celui du ski Flexiski, estimant que l'activité ne collait pas suffisamment avec le reste de ses actifs du fait du peu d'intégration verticale.

La priorité est "le renforcement de la compétitivité internationale du groupe", rappelle le communiqué qui indique que seront néanmoins conservées les marques Crystal Ski et Thomson Lakes&Mountains, transférées dans la division britannique. Dans la même logique, TUI avait déjà annoncé la cession fin avril  de Hotelbeds Group sa filiale spécialisée dans la clientèle d'entreprises, pour 1,2 milliard d'euros.

En France, la reprise de Look Voyages et Vacances Transat, pour un montant de 54,5 M€, devrait se concrétiser d'ici le 31 octobre prochain et permettre d'équilibrer les différents marchés. Le chiffre d'affaires semestriel de la zone Western regroupant la France et la Belgique, à 915 M€, représente actuellement à peine la moitié des deux autres régions, à 2,28 milliard d'euros pour Northern (Royaume-Uni et Scandinavie) et 1,98 milliard pour Central (Allemagne et Autriche).

Une marque mondiale pour un leader français

"Avec cette acquisition, TUI France ne va pas seulement atteindre une rentabilité solide, mais aussi devenir le leader du marché en France", a assuré ce matin Fritz Joussen lors d'une conférence de presse. "Le marché français n'est traditionnellement pas facile, mais il est important. Nous sommes convaincus que l'activité en France peut se développer positivement et en conséquence nous investissons", a-t-il expliqué sans préciser comment la nouvelle entité qui naîtrait de l'absorption de Transat France et détiendrait 21% de parts de marché dans l'Hexagone serait organisée.

Dès le mois de septembre 2016, TUI  deviendra, comme annoncé en décembre dernier, la marque ombrelle en France de Marmara, Nouvelles Frontières, Passion des îles et Aventuria, ramenées au rang de lignes de produits. L'offre clubs et circuits de Look et Vacances Transat pourrait enrichir la galaxie.

"Le rapprochement des deux entités conforterait la présence de TUI sur le marché français (…) il permettrait à TUI France d’offrir une gamme de produits élargie et une offre de services renforcée", commentait ce matin TUI dans un communiqué. "Les synergies entre les deux entreprises bénéficieraient non seulement à TUI mais également aux consommateurs français".

Laisser un commentaire

Dans la même rubrique