Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Comment lutter contre la fraude

CyberSource vient de publier son Rapport 2013 sur la fraude dans l’e-commerce. La filiale de Visa donne des pistes pour déjouer des escroqueries à la carte bancaire.

"Le tourisme a une exposition à la fraude plus forte que des secteurs délivrant des biens physiques, puisqu’il s’agit justement de biens immatériels", souligne Pierre Alzon, président de l’Association pour le commerce et les services en ligne (ACSEL), qui a commandé cette étude. "Le rapport montre que les acteurs de cette industrie sont très sensibles à la problématique, mais ils n’ont pas toujours une maturité suffisante dans le pilotage des fraudes, ajoute Pierre Alzon. Il faut de bons outils de monitoring."

Les techniques de fraude sont toujours plus sophistiquées et propres, soit difficiles à détecter. "Nous faisons face à des organisations criminellement structurées", souligne Patrick Flamant, directeur France de CyberSource. "Les fraudeurs savent ainsi que les vols secs sont surveillés. Ils vont donc réserver un séjour, et consommer l’aller simple du billet d’avion par exemple".

Des pistes de travail

Comment déjouer les fraudes en tant qu'e-commerçant ? Voici quelques pistes :

1) Automatiser les contrôles : l’ACSEL recommande que les entreprises instaurent une meilleure vérification automatisée de la fraude, pour limiter in fine le recours à des procédures manuelles, qui consomment une grande quantité de ressources. Neuf sites interrogés sur dix (94%) vérifient manuellement les transactions suspectes.
2) Gérer un tableau de bord anti-fraude : les entreprises doivent produire des indicateurs clés de performance : taux de fraude, volume de vérifications, commandes acceptées, remboursements, etc. Et ce, sur les différents marchés et canaux de vente. Moins de la moitié des marchands dotés d’un service mobile surveillent la fraude sur ce canal.
3) Identifier les clients "valides", plus rapidement et de façon plus fiable. Par exemple, le 3D Secure, qui peut conduire à un fort taux d’abandon, doit être activé de manière conditionnelle, sur certains profils. Les clients fidèles à un marchand devraient être dispensés d'un tel niveau de contrôle.
4) Partager les connaissances : l’association milite en faveur d’une mise en commun des expériences et procédures en matière de lutte. "Nous pensons que les marchands ne peuvent plus agir chacun dans leur coin, si l’on veut lutter efficacement contre la fraude de demain". L’ACSEL a entrepris des démarches auprès de la CNIl en ce sens.

Le rapport a été mené auprès d’un panel représentatif de sites marchands, qui représentent plus du tiers du marché de l'e-commerce français. Il est disponible sur demande, via l'adresse fr@cybersource.com.

Laisser votre commentaire (qui sera publié après moderation)

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Dans la même rubrique