Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Ces agences qui changent de GDS

  Frequent Flyer Travel Paris, Ebookers et Boiloris ont remplacé leur système de réservations. Leurs retours d’expérience.

Remplacer un GDS par un autre, c’est une grande manœuvre, qui demande de l’anticipation.

Pour Ebookers France, qui a troqué Amadeus pour Travelport, une agence en ligne doit mener d’importants tests en amont de la migration. Il faut s’assurer que le site Internet ne connaitra ni rupture de charge, ni dépréciation de service. Pour ce faire, le pure player a utilisé un outil interne permettant de vérifier les temps de réponse, le taux de conversion, les combinaisons tarifaires. "Nous avons effectué des tests sur 300 destinations, pendant plus de six mois", explique Véronique Million, directrice transports d’ebookers. Le basculement sur Travelport, le 1er juin, a généré une baisse de productivité mineure, assure-t-elle.

Même constat au sein Boiloris, qui a abandonné Galileo pour reprendre Amadeus. "Le plus difficile, c’est de synchroniser la formation des équipes, pour que tout fonctionne le jour J", explique Didier Munin, son PDG. Le réseau de 28 points de vente a profité des mois d’août et de septembre pour préparer les agents de voyages : "Des sessions ont eu lieu dans les locaux d’Amadeus et dans les nôtres", poursuit Didier Munin. Aujourd’hui, tous les vendeurs ont basculé sur Amadeus, trois mois environ après la prise de décision.

Limiter la perte de productivité

Frequent Flyer Travel Paris (FFT), lui, devient progressivement bi-GDS Amadeus-Sabre. "Je veux mettre les deux fournisseurs en concurrence pour tirer le meilleur de chacun". Entre la prise de décision et le premier PNR (dossier) sur Sabre, enregistré en juillet dernier, six mois se sont écoulés. C’est le temps nécessaire à la préparation des équipes (45 postes) et des rouages techniques, estime Marc Leidelinger, président de FFT. "Il faut s'attendre à une perte de productivité pendant environ six mois", ajoute-t-il. Afin d’en limiter l’ampleur, il est nécessaire de bien accompagner les vendeurs dans le changement. C'est, pour Marc Leidelinger, la clé de la réussite.

Les trois agences partagent désormais un même objectif : leurs nouveaux GDS doivent rester à leur écoute, et continuer à proposer de nouveaux produits innovants. Une fois les contrats signés, ils pourraient être tentés de relâcher leurs efforts. En tout état de cause, quand des agences quittent un système de réservations, c’est souvent parce qu’elles ont le sentiment de ne plus être entendues…

 

Laisser un commentaire

Dans la même rubrique