Advertisement
Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Ce que demandent les pros des voyages scolaires, selon Valérie Boned

Enfin ! Une réunion a eu lieu ce mardi avec le cabinet de Jean-Baptiste Lemoyne au sujet des voyages scolaires. Les pros du secteur demandent plus de clarté dans les directives du ministère de Jean-Michel Blanquer, et un accompagnement ad hoc.

C’est une réunion importante qui a eu lieu aujourd’hui, avec le cabinet du ministre délégué au Tourisme Jean-Baptiste Lemoyne et des représentants d’autres ministères. Le sujet du jour : les voyages scolaires éducatifs (VSE) et des Accueil collectifs de mineurs (ACM).

« Nous attendions cette réunion depuis un an et demi, sur ce thème, rappelle Valérie Boned, secrétaire générale des Entreprises du Voyage (EdV). C’était important parce que ce secteur est très impacté par la crise, avec ses propres spécificités. »

Les voyages scolaires, très saisonniers, dépendent notamment des autorisations délivrées par les rectorats et les établissements scolaires. Et ils sont sujets, depuis le début de la crise, à des prises de position « très peu claires » de la part du ministère de l’Education nationale.

Des directives du ministère trop peu suivies

Les EdV, l’Union Nationale des Associations de Tourisme et de plein air (UNAT), les élus de la montagne, les organisations qui regroupent les hébergeurs ont partagé deux demandes principales.

« Nous regrettons un manque d’autorité de la part du ministère sur ses directives, poursuit Valérie Boned. Le ministre de l’Education nationale Jean-Michel Blanquer a souvent dit qu’il autorisait les voyages scolaires et les accueils collectifs de mineurs. Mais, dans les territoires, les rectorats et les établissements ouvrent en général le parapluie, et déconseillent de manière plus ou moins formelle ces voyages. »

Cette situation entraîne des annulations et des reports en cascade, auprès des hébergeurs, des autocaristes et de l’ensemble du reste de la chaîne. « Nous demandons que les déplacements soient maintenus, dans le respect des conditions sanitaires. Nous espérons une position explicite en ce sens, pour déverrouiller les réservations, et éviter une troisième année blanche pour le secteur. »

Un besoin d’accompagnement spécifique

Les EdV, l’Unat et les autres parties prenantes de l’univers des VSE/ACM ont formulé une seconde demande en faveur des opérateurs concernés : des aides spécifiques, un peu dans l’esprit des mesures décidées pour les Outre-mer. « Nous souhaitons un accompagnement pour les six prochains mois, qui tienne compte de la saisonnalité de l’activité. »

Valérie Boned se dit satisfaite de cette première réunion avec le cabinet de Jean-Baptiste Lemoyne, et de l’écoute attentive des représentants du gouvernement.

Reste à savoir si l’Etat accèdera aux demandes des professionnels. Les EdV sont-elles confiantes ? « Si le ministère de l’Education accepte de délivrer une position plus claire, alors, cela ne coûtera rien à l’Etat mais aidera la profession. Cela traduirait aussi une vraie volonté politique à l’égard d’entreprises fragilisées. »

A lire aussi :

Laisser votre commentaire (qui sera publié après moderation)

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Dans la même rubrique