Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Boeing va tester ses solutions pour les batteries du Dreamliner

Les autorités américaines ont approuvé le "plan de certification" proposé par le constructeur, mais aucun vol n’est prévu avant le mois de mai.

L'agence fédérale américaine de l'aviation (FAA) a autorisé Boeing à effectuer une série de tests pour les solutions qu'il propose afin de régler les problèmes de batteries du Dreamliner. C’est une "première étape dans la procédure destinée à évaluer si le 787 peut recommencer à voler" explique la FAA.

"Nous n'autoriserons la remise en service de l'avion que lorsque nous serons convaincus que la nouvelle conception [de la batterie] assure la sécurité de l'appareil et de ses passagers", a prévenu le secrétaire américain aux transports Ray LaHood, cité dans un communiqué.

Des courts-circuits

En janvier, deux incidents à bord de Boieng 787, au cours desquels des batteries lithium-ion, avaient brûlé, ont conduit les autorités à suspendre les vols de tous ces appareils. "La batterie a subi une décharge subite, le voltage est tombé de façon inexpliquée de 32 à 28. Il y a eu des courts-circuits, une subite montée de chaleur (à plus de 260 degrés Celsius) qui a déclenché un incendie qui s’est propagé aux autres cellules", avait expliqué Deborah Hersman, présidente du NTSB.

Isolation de chacune des cellules

Pour régler ce problème, une solution portant sur trois niveaux a été proposée par Boeing selon l’AFP : "une technique visant à prévenir toute surchauffe de l'une des huit cellules de la batterie ; l'isolation de chacune des cellules pour éviter toute propagation de chaleur entre elles ; et enfin un coffrage ignifuge de l'ensemble de la batterie".

Si les tests s’avèrent concluants, la FAA pourrait autoriser de nouveau les appareils à voler, courant avril. Mais les premiers vols ne se feront pas avant le mois de mai, Boeing devra en effet envoyer des équipes chez sept transporteurs dans six pays pour modifier les appareils.
 

Laisser un commentaire

Dans la même rubrique