Advertisement
Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Boeing 737 Max : pas de vol en Europe avant janvier 2020

La flotte mondiale de 737 MAX est clouée au sol depuis mi-mars. Elle ne sera pas de retour en Europe avant le premier trimestre 2020.

L’Agence européenne de sécurité aérienne (AESA) ne s’attend pas à un retour en vol du Boeing 737 MAX en Europe avant le premier trimestre 2020, le temps qu’elle conduise ses propres vols d’essai, a déclaré son directeur exécutif Patrick Ky. « Pour moi, cela se fera en début d’année prochaine, si tout se passe bien. En l’état de ce que l’on sait aujourd’hui, nous avons prévu que nos vols d’essai aient lieu mi-décembre, ce qui signifie des décisions sur une remise en service en janvier de notre côté », a déclaré M. Ky dans un entretien à Reuters et dont la teneur a été confirmée mardi à l’AFP par l’AESA.

En fonction des besoins en entraînement des pilotes et de la coordination à effectuer entre États membres de l’UE, « cela prendra un peu de temps ». « C’est pour cela que je parle du premier trimestre 2020 », a-t-il ajouté. La flotte mondiale de 737 MAX est clouée au sol depuis mi-mars après deux accidents en cinq mois ayant fait 346 morts.

Boeing reste sur un retour en 2019

Boeing prévoit de son côté une autorisation de retour en service « au début du quatrième trimestre 2019 » après des changements apportés à son logiciel antidécrochage MCAS, mis en cause dans les accidents, et des modifications dans la formation donnée aux pilotes.

L’optimisme de Boeing tranche avec le pessimisme des compagnies aériennes, qui ont annulé des vols prévus sur le 737 MAX jusqu’au début de 2020, invoquant des dissensions entre les autorités de l’aviation civile mondiale. L’agence fédérale de l’aviation américaine (FAA), critiquée de toutes parts pour avoir confié la certification de systèmes importants de l’avion à Boeing, promet, elle, une inspection approfondie avant d’autoriser un retour en vol.

Pour Patrick Ky, s’il y a un décalage entre l’autorisation de retour en vol donnée par la FAA et celle de l’AESA, celui-ci ne serait ne serait que de « quelques semaines », et « dû à des questions techniques de procédures ou administratives ».

Les commentaires sont fermés.

Dans la même rubrique