Advertisement
Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Blablacar démarre des itinéraires avec escales

Le spécialiste du covoiturage veut multiplier les points de départ, grâce à un nouvel algorithme qui monte en puissance jusqu’à l’été 2018.

 

En France, Blablacar recense 38 000 points de départ différents les week-ends de forte affluence, soit environ 10 fois plus que le nombre de gares. « Ce n’est pas satisfaisant, nous pouvons aller beaucoup plus loin pour rapprocher conducteurs et passagers », a commenté ce matin Nicolas Brusson, DG-cofondateur du leader de la colocation, lors d’une conférence de presse.

Afin de ne plus se limiter aux villes comme points de départ, Blablacar commence à déployer un nouvel algorithme jusqu’à l’été. Objectif : saisir les adresses précises des voyageurs, pour proposer des points de rendez-vous sur la route des conducteurs, y compris dans des villages. Un exemple ? Si l’on considère Courtenay dans le Loiret, une commune de 4 000 habitants, 110 352 trajets auraient pu y faire escale le mois dernier. « Demain, j’espère que nous pourrons proposer des centaines de milliers de points de rendez-vous », en poussant la réservation de sous-segments comme Paris-Auxerre ou Paris-Courtenay par exemple, sur un voyage Paris-Lyon.

Défi : ne pas allonger les itinéraires

Sans allonger les temps de transport ? « Nous testons. Nous prévoyons des temps de détour très courts, avec des points de rendez-vous proches de l‘autoroute », répond Nicolas Brusson. Il est également prévu de limiter le nombre de sièges disponibles pour les trajets obligeant à aménager une escale, ajoute le DG, estimant que le bon « curseur » sera trouvé au fil de l’eau. L’important étant, aussi, de bien communiquer, en toute transparence, sur le parcours et son (ou ses) détours.

Blablacar a aussi dévoilé une nouvelle identité visuelle, et commenté le projet d’alliance avec la SNCF, la RATP, et Transdev. Il s’agissait de « discussions », rien de plus, a souligné Frédéric Mazzella, président-fondateur. Visiblement, les différents acteurs de la mobilité ont vite stoppé leurs échanges. « Nous travaillons aujourd’hui sur notre réseau pour l’optimiser, et nous mettons à disposition notre propre API. Les discussions se limitent aujourd’hui à cela. »

Blablacar estime avoir fait voyager 18 millions de personnes au dernier trimestre. L’entreprise compte plus de 12 millions de membres en France, et 60 millions de membres dans le monde.

Les commentaires sont fermés.

Dans la même rubrique