Advertisement
Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Auvergne-Rhône-Alpes : un été meilleur qu’en 2019 ?

L’été s’annonce bien pour les professionnels du tourisme en Auvergne-Rhône-Alpes qui pourraient même connaître une meilleure saison qu’en 2019, année de référence.

20% des professionnels du tourisme de la région anticipent une « meilleure saison qu’en 2019 », pourtant « année de référence », selon le directeur général de l’agence régionale de tourisme, Lionel Flasseur. Une performance qui devrait être permise par la clientèle intra-régionale qui devrait représenter 40% des touristes estivaux.

Le phénomène des réservations « d’ultra-dernière minute » jouera encore cette année, mais de manière moindre qu’en 2020, prédit Lionel Flasseur. L’optimisme de Lionel Flasseur se base sur les résultats de la première vague d’une enquête montrant que 79% des professionnels de la région sont « confiants » ou « très confiants » pour la saison estivale, après « un printemps qui ne restera pas dans les annales ».

Moins d’optimisme en ville

Une tendance particulièrement marquée dans l’Allier, la Haute-Savoie et les zones rurales du Rhône (avec des taux de confiance de l’ordre de 91% à 93%), toujours portés par l’appétence du public pour les grands espaces. Cette tendance avait déjà valu à l’Auvergne d’enregistrer l’an dernier « une saison historique ».

L’optimisme est en revanche un peu moindre dans les zones urbaines, et notamment à Lyon, comme ailleurs dans les grandes villes du pays. Auvergne-Rhône-Alpes Tourisme va par ailleurs lancer à l’automne une application pour téléphones portables, baptisée « partir ici », recensant lieux et activités sélectionnés en fonction de critères équitables et solidaires.

Pour ce qui est de la clientèle internationale, qui représente normalement « un petit quart de la fréquentation » dans la région, Belges, Néerlandais et Allemands devraient être au rendez-vous. « La grosse différence avec les autres années, c’est l’absence des Anglais », premier contingent étranger dans la région, conclut Laurent Cormier, directeur adjoint d’Auvergne-Rhône-Alpes Tourisme.

Avec un marché en année pleine de l’ordre de 21 milliards d’euros, Auvergne-Rhône-Alpes est la deuxième région touristique de France (en termes de consommation et non de fréquentation), derrière l’Ile-de-France.

A lire aussi :

Laisser un commentaire

Dans la même rubrique